La Nouvelle Tribune

Présidentielle 2016 : les ambitions de Ladislas Prosper Agbessi

Espace membre

Opérateur économique vivant en Afrique du Sud, actif dans le secteur du pétrole sur le continent africain, l’homme d’affaires Prosper Ladislas Agbessi est candidat à la présidentielle de février 2016. Il  explique ici sa  vision pour une nation unie et prospère.

Un « Prosper » pour un Bénin prospère. Ainsi est-on amené à s’exprimer après avoir écouté, l’opérateur économique et homme d’affaires béninois Ladislas Prosper Agbessi qui revient du pays de Nelson Mandela où il vit pour diriger le Bénin. Dans une interview, il explique ses ambitions pour sortir son pays d’origine de sa léthargie à la prospérité dans l’unité. « Notre objectif est de faire des opérateurs économiques nationaux des hommes d'affaires suffisamment puissants, capable de créer davantage d’emplois descends au profit des jeunes » a-t-il déclaré ajoutant qu’il veut aussi mettre en œuvre un programme pour « permettre aux jeunes d'apprécier les innovations mises à leur disposition pour suffisamment rêver afin  d’atteindre l'excellence en entreprenant; parce que en définitive plus aucun jeune nourri par l'ambition de prospérer ne sera ignoré ». Et ce n’est pas tout, Ladislas Agbessi projette « beaucoup de réformes, dans le domaine fiscal, de la santé, de l'éducation, de l'agriculture et dans le domaine du social ». S'agissant des réformes dans le domaine de la Santé qui sont primordiales, il déclare qu’avec lui, « le système sanitaire connaîtra dans les mois à venir une révolution sans pareille. D'ici trois ans, tous les Béninois pourront avoir accès à des soins de santé de qualité et donc plus de souci pour se soigner à l'avenir. La simple présentation de votre carte d'assurance maladie vous protège, vous et votre famille». Si la santé n’est pas au rendez-vous, assure l’opérateur économique « Malgré votre puissance financière et tous les biens matériels, plus rien n'a de sens ». Sans être  élu, il a déjà posé des pas pour atteindre cet objectif. « Nous avions déjà négocié avec des États comme l'Afrique du Sud qui ont déjà témoigné leur soutien à l'Etat béninois à travers une subvention prochaine de trois milliards de dollars » a confié le candidat Ladislas Prosper Agbessi. Avec ces moyens, il compte concrétiser le Ramu digne du nom  pour lequel le gouvernement a échoué.

Enrichir les Béninois

Connaisseur du chemin de la richesse qu’il pratique au quotidien dans ses affaires, Ladislas Agbessi, veut amener l’Etat béninois à contribuer à l’enrichissement de ses citoyens qui entreprennent. « Si quelqu'un veut se faire de l'argent, qu'il crée son entreprise et l'Etat l'aidera à devenir suffisamment riche. Notre rêve serait d'avoir d'ici cinq ans beaucoup de riches dans notre pays et surtout des jeunes » a-t-il dit. Candidat à la succession de Boni Yayi, il ne veut pas faire du populisme mensonger. Il assure qu’il convaincra les Béninois à adhérer à son projet  en « leur disant la vérité » car « les jeunes de ce pays ont déjà compris le choix à opérer pour 2016 ».  Au prochain scrutin on doit demande-t-il, «  retenir que le vote ne doit plus se faire sur la base du niveau d'investissement mais plutôt de la vision et de la capacité à servir l'intérêt général. Désormais l'argent de l'état servira à régler les problèmes des populations ».

Un engagement patriotique

Prosper qui connaît la prospérité a une dose de patriotisme dans son discours - « Je suis Béninois et je ne peux me soustraire à la nécessité  d'apporter de la joie et de l'espoir pour mes frères »- et un attachement à la volonté de Dieu : « Je mets mon engagement sous le signe de la volonté divine... La moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux aussi, beaucoup seront appelés mais très peu seront élus. Que la volonté de Dieu soit faite ».  Très optimiste, il assure  que « Le développement du Bénin est celui qui fera décoller l'Afrique à partir de 2016 ». Raison pour laquelle, concluant l’entretien il a dit « nous nous  battrons pour qu'advienne un exemple de développement où tous les Béninois du Nord au Sud, de l'Est à l’Ouest profitent équitablement de la prospérité de notre pays.»