La Nouvelle Tribune

Les propositions de Daniel Edah à la Direction du Fonds d’aide à la culture

Espace membre

A la faveur d’une rencontre avec les journalistes vendredi dernier à Cotonou, Daniel Edah a fait part de ses propositions à propos de la gestion du Fonds d’aide à la culture afin que les ressources allouées servent effectivement aux bénéficiaires pour le développement de la culture au Bénin.

Une nouvelle saison artistique est ouverte depuis la semaine dernière au Fonds d’aide à la culture (Fac). Une saison que Daniel Edah, souhaite effectivement au service du développement de la culture béninoise. C’est le sens de sa rencontre avec la presse vendredi 4 septembre 2015 à Cotonou. De ses échanges avec les artistes et promoteurs, il lui est revenu que la distribution des ressources au niveau du Fac se fait de manière peu orthodoxe. Autrement dit, les montants inscrits sur les lettres officielles de notification aux bénéficiaires ne sont pas toujours ce qui leur revient. Mais le Président du Mouvement pour la prospérité solidaire (Mps) se dit n’être pas dans une démarche d’amplifier les critiques, plutôt celle de prévenir et de proposer des voies pour que cela n’arrive plus jamais. Tout en reconnaissant les efforts du Directeur du fonds, il l’invite à mettre fin à ces rumeurs -si elles n’étaient pas fondées- ou de corriger la gestion -si c’était de vraies allégations-.

Tel que inscrit dans son projet de société, le potentiel candidat à la présidentielle de 2016 suggère « l’amélioration de la gouvernance du Fac pour en faire effectivement un dispositif de soutien à la création artistique et littéraire, au développement et la promotion des industries culturelles béninoises ainsi que l’accompagnement de la circulation des artistes et écrivains béninois et de leurs œuvres à l’intérieur et à l’extérieur du Bénin». Autrement, soutient-il, la mal gestion du Fac compromet  la réalisation des projets soumis et par conséquent le développement de la culture béninoise. Daniel Edah se montre convaincu de ce que sa vision pour le développement du Bénin ne pourra se réaliser sans la culture. Et il prend des engagements à propos dans son projet de société. Il s’agit pour lui, entre autres, de créer une académie nationale des arts et métiers de la scène ; renforcer la promotion artistique et culturelle en milieu scolaire par la mise en place de formations, de subventions adaptées et d’appui pour l’organisation de journées culturelles et de compétitions artistiques et culturelles inter-scolaires et universitaires ; doter chaque commune d’un complexe culturel comprenant des bureaux, des salles de formation, une bibliothèque, un espace ouvert et une salle polyvalente bien équipée pour l’accueil de spectacles, expositions, projections cinématographiques et de conférences publiques ; améliorer la gouvernance du Festival International de Théâtre du Bénin (Fitheb) afin d’en faire un pôle de rayonnement de la diplomatie culturelle du Bénin ; renforcer la préservation et la promotion du patrimoine du Bénin par l’accroissement des ressources affectées au fonctionnement des musées et sites historiques sur toute l’étendue du territoire national, la création d’un Musée national de grand standing et la promotion des visites de jeunes dans les musées