La Nouvelle Tribune

Céna : Tiando et Freddy Houngbédji se battent à la Cour constitutionnelle

Espace membre

La fin du bras de fer qui a cours à la Commission électorale nationale autonome (Céna) après la destitution du Coordonnateur au budget, Freddy Houngbédji, n’est pas pour demain. Et ce, du fait de la longue bataille juridique qui s’annonce entre les deux parties devant la cour constitutionnelle.

En effet, après Freddy Houngbédji qui, au lendemain de sa révocation par ses collègues commissaire de son poste de coordonnateur au budget de l’institution chargé de l’organisation des élections au Bénin, a saisi la haute juridiction, c’est le tour du président de la Céna, Emmanuel Tiando. Dans une correspondance en date du 3 septembre et adressée aux sept (07) sages, le premier responsable de la commission électorale est revenu sur les motivations de la destitution du fils du président de l’Assemblée nationale du poste de coordonnateur du budget de la Céna. Il a fait remarqué que cette action était opportune et nécessaire.

On se rappelle cependant, qu’après sa destitution, Freddy Houngbédji, lors d’une conférence de presse, avait balayé du revers de la main toutes accusations de gestion solitaire et opaque. Il avait déclaré que sa destitution était contraire à tous les textes régissant la commission électorale et avait même évoqué une action politique contre sa personne. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il s’était refusé de passer service à son successeur, le commissaire Basile Fassinou qui a été élu 48 heures seulement après la destitution de Freddy Houngbédji.

Avec donc, la saisine de la Cour constitutionnelle par les deux parties, il est clair que la bataille juridique devant la haute juridiction aura, comme on s’imaginait bien, lieu. Et vu les conséquences que ce bras de fer pourrait engendrer notamment sur la prochaine élection présidentielle, il s’avère nécessaire que le président Holo et les autres sages se penchent le plus rapidement possible sur cette querelle.