La Nouvelle Tribune

Mgr Ganyè à propos de sa lettre à Talon et Ajavon: «c’est un conseil et non un décret»

Espace membre

Monseigneur Antoine Ganyè, l’Archevêque de Cotonou a bel et bien écrit aux opérateurs économiques béninois Patrice Talon et Sébastien Ajavon. Et ce, pour les dissuader de prendre part à la prochaine présidentielle de février et mars 2016 comme ils entendent le faire.

Après un silence suite à la publication dans la presse locale d’une correspondance qu’il aurait adressée  aux deux hommes d’affaires béninois pour leur conseiller de ne pas se lancer dans la course à la succession du président Thomas Boni Yayi dont le deuxième et dernier mandat constitutionnel arrive à terme le 6 avril prochain, le prélat béninois a rompu l’omerta. Dans un entretien accordé à la presse locale, l’homme de Dieu a reconnu qu’il a bel et bien écrit à Talon et Ajavon. « C’est par mon motu proprio, par mon mouvement propre, que cette lettre a été écrite » a indiqué Mgr Ganyè qui souligne qu’il ne s’est pas référé à la Conférence Episcopale du Bénin à ce propos et donc n’a pas écrit au nom de la Conférence Episcopale. 

« Mon unique souci (en écrivant cette lettre), a expliqué l’Archevêque de Cotonou, c’est la sauvegarde de la paix et de notre devise :’’ Fraternité–Justice– Travail’’ ». L’homme de Dieu poursuit en précisant que sa correspondance est « un conseil et non un décret ». « Ce n’est pas non plus une condamnation, ni un pouvoir coercitif, pour empêcher quelqu’un de se présenter à une élection », a laissé entendre Mgr Ganyè qui ignorait que son acte allait créer tant d’incompréhensions. « Puisque c’est une lettre personnelle et privée, signée de moi-même – et non un tract », s’est-il justifié avant de conclure : « J’y ai donné des conseils dont chacun peut en faire ce qu’il veut ».