La Nouvelle Tribune

Difficultés fonctionnelles à la Cena

Espace membre

Les opposants écoutent Todjinou et apostrophent  Lawani  
Les membres du G4, du G13 et des Forces clé étaient hier mardi au bureau du président de la Cena, Pascal Todjinou, pour s’enquérir de la véracité des rumeurs qui courent sur les difficultés de fonctionnement que son institution rencontre dans l’organisation des scrutins du 20 avril prochain. Suite à quoi, ils se sont rendus chez le ministre de l’économie et des finances, Soulé Mana Lawani, pour lui faire comprendre l’impasse qui se profile à l’horizon.

Rosine et Nicéphore Soglo de la Renaissance du Bénin (RB), Bruno Amoussou et Emmanuel Golou du Psd, Adrien Houngbédji et Moukaram Badarou du Prd, Kolawolé Idji et Kint Aguiar du Madep, Lazare Sêhouéto des Forces clé et Nassirou Arifari Bako du G13. Voilà nommément la délégation qui était hier à la Cena pour s’entretenir avec Pascal Todjinou. A la sortie du huis clos, le président Nicéphore Dieudonné Soglo, porte-parole du groupe a indiqué qu’ils étaient venus pour s’enquérir des difficultés de fonctionnement de la Cena. Pour lui, il importe que les problèmes d’ordre financier, technique et matériel que rencontre la Cena soient résolus par les autorités actuelles puisqu’elles sont là pour exécuter la volonté du peuple. Il n’est donc pas de bon ton, selon l’ancien président de la république, que les délais requis par la constitution ainsi que les attributs de la Cena dans la tenue des élections ne soient pas respectés. « Cela n’arrive pas qu’aux autres », a-t-il conclu pour signifier que de telles attitudes occasionnent des troubles dans d’autres pays. Le groupe s’est ensuite rendu chez le ministre des finances, Soulé Mana Lawani. Celui-ci a affirmé sa totale disponibilité à mettre à la disposition de la Cena, tous les moyens nécessaires à l’organisation des élections tant que les textes le lui permettent. Il a ajouté que son ministère a déjà débloqué près de 57% du budget alloué à la Cena. Il a par ailleurs reconnu avoir ordonné au délégué du contrôleur financier de surseoir à tout paiement suite à une situation qui a été décantée dans la matinée du mardi 8 Avril. Toute chose que l’honorable Lazare Sêhouéto n’a pas apprécié. Pour lui, le gouvernement met des dispositifs qui, au lieu de faciliter la tâche à la Cena, constituent plutôt des handicapes. Et pourtant, dès qu’il se produirait une catastrophe naturelle, ces dispositifs ne seront plus respectés avant que des sommes plus colossales que les cinq milliards de la Cena ne soient débloquées, a-t-il poursuivit. Il invite donc le ministre à prendre la mesure de la situation tout en lui rappelant la responsabilité de tout un chacun d’eux, acteurs de la vie politique, face à l’histoire. Le groupe s’est retiré avec l’espoir que le ministre Soulé Mana Lawani fera diligence pour que la Cena rentre en possession des moyens qu’il lui faut pour organiser les élections municipales et communales du 20 avril prochain.


B.M.

 

Une décision qui affranchit la justice

Rien ne présageait d’un tel verdict dans ce procès. Surtout au regard de la sortie médiatique effectuée par le procureur général près la cour d’appel de Cotonou, Georges Amoussou. Celui-ci avait clairement laissé entendre que les mis en cause avait reconnu les faits. Une déclaration à bien d’égards tendancieuse qui présageait déjà d’une condamnation des prévenus, puisqu’ils seraient passés aux aveux. Mais, au finish, les mis en causes sont purement et simplement acquittés. Ce verdict, honore tout l’appareil judiciaire du Bénin et va à coup sûr contribuer à redonner confiance aux Béninois qui, il y a quelques années encore doutaient d’une équité dans les décisions rendues. Mieux, la justice béninoise vient ainsi de s’affranchir du paternalisme  affiché par le pouvoir en place vis-à-vis des institutions de la république depuis  2006.

BM