La Nouvelle Tribune

Présidentielle de 2016 : Lionel Agbo pour le rassemblement des forces politiques

Espace membre

En marge de son troisième Congrès statutaire tenu ce 29 août dans la salle de fête «Les Hortensias»  de Cotonou, le Congrès africain des démocrates(Cad) de Me Lionel Agbo a lancé un appel à un grand regroupement des forces politiques en vue des prochaines joutes électorales. 

La grande salle des fêtes «Les Hortensias» de Cotonou était devenue trop exigüe ce samedi 29 août pour contenir militants, sympathisants et admirateurs du Congrès africain des démocrates(Cad). Le troisième congrès statuaire du Cad a suscité un engouement populaire nul autre pareil. Leaders politiques de tous bords, têtes couronnées, différentes délégations venus de toutes les contrées du pays ont répondu présents  à ce grand rendez-vous de l’histoire du parti. Accueilli triomphalement pour la marque de son courage, son intégrité, son combat épique pour la défense des droits de ses congénères et son respect exacerbé des textes de la République, Me Lionel Agbo, président du Congrès africain des démocrates(Cad), a expliqué que ce congrès permettra de mettre son parti sur les  feux de la rampe et de ce fait, le sortir de son mutisme dû aux persécutions et affres du pouvoir actuel. Après avoir dressé un réquisitoire de la situation somme toute, alarmante des dix ans du  régime du changement et de a refondation, le président Lionel Agbo, a partagé sa crainte du fait de la kyrielle de candidatures qui s’annoncent pour la prochaine élection présidentielle. Cependant, il lance un appel à un grand regroupement des forces politiques en vue  de la conquête du pouvoir. Mieux, le président Lionel Agbo, propose des primaires au sein desdits regroupements pour dégager trois ou quatre candidats afin d’éviter des candidatures sans projets de société viables. Ouvrant le bal des allocutions, Candide Azannaï, président du parti Restaurer l’espoir et député à l’Assemblée nationale (7è législature), a non seulement affiché sa joie de prendre part à ces assises mais, a aussi fait comprendre que 2016 est une année de couronnement de toutes les luttes.  L’honorable député est revenu sur la question de la libération du pouvoir judiciaire et de la sauvegarde de la démocratie chèrement acquise. Enfin, il a partagé l’idée de la création d’un grand mouvement politique pour la conquête du pouvoir en 2016. Ali Houdou, Richard Sènou, et Antoine Detchéou ont, à leur tour exprimé la nécessité de créer un grand regroupement politique et l’organisation d’une assise nationale pour réfléchir sur le système partisan au Bénin.

Enfin, le vrai changement

En finir avec le mensonge. Tel est le slogan sous lequel le troisième Congrès statutaire du Cad est placé. Plus qu’un appel, c’est une urgence. Une urgence de laisser place à une nation plus juste et équitable. Et pour y arriver, le président du Congrès africain des démocrates, Me Lionel Agbo appelle à des reformes structurelles puis insiste sur la nécessité du toilettage de la loi fondamentale mais sans aucun opportunisme. Convaincu que le système judicaire béninois est malade de ses hommes, l’ardent défenseur des libertés individuelles fait  référence à la célèbre pensée de Barack Obama : «L’Afrique a besoin des institutions fortes et non des hommes forts», ceci pour montrer l’importance de réfléchir sur le système partisan béninois. Un système qui ne consacrera pas le pouvoir dans les mains d’un chef surpuissant qui domine les autres. Selon ses propos, le régime prochain doit être un régime de transition qui assurera une véritable séparation des pouvoirs