La Nouvelle Tribune

Assemblée nationale : l’esplanade extérieure envahie par des tas d’ordures

Espace membre

Il suffit de faire un tour sur l’esplanade extérieure de l’Assemblée nationale pour constater l’image désolante qu’offre l’institution parlementaire du Bénin. Qui l’eût cru ? Envahie par des tas d’ordures, l’esplanade extérieure de l’Assemblée nationale n’a plus l’aspect d’une institution digne de ce nom.

Et pourtant, l’Assemblée nationale bénéficie depuis plusieurs années d’un contrat avec une structure dénommée « Jésugnon » en charge de l’entretien des bureaux, de l’esplanade extérieure et intérieure de l’Assemblée nationale.

Malheureusement, ce sont les mêmes agents d’entretien recrutés par cette structure qui polluent l’environnement immédiat et l’esplanade extérieure de l’Assemblée nationale. Décharges sauvages, tas d’ordures de bureaux, des flaques d’eau verdâtres, tout est jeté en vrac sur l’esplanade extérieure de l’Assemblée nationale. Cette situation perdure depuis la dernière législature et personne n’a jamais réagi contre cette insalubrité, ce qui ne s’observait pas autrefois, c'est-à-dire lors de la quatrième et cinquième législature.

Le comble est que, depuis quelques jours, une délégation des parlementaires du Niger sont en visite à l’hémicycle afin de s’enquérir des expériences de notre institution parlementaire en matière d’orientation du budget général de l’Etat, conformément à  la nouvelle loi organique en vigueur dans l’espace Uemoa.

Des membres de cette délégation, lors de leur visite au palais des gouverneurs à Porto-Novo, auraient été ahuris de voir ce spectacle désolant. Dans ces conditions, à qui incombe cette responsabilité ? A la structure en charge de l’entretien ou aux responsables administratifs de l’Assemblée nationale qui devraient superviser le travail de la structure « Jésugnon ». Dans tous les cas, le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji est vivement interpellé face à cet état de chose qui déshonore notre institution parlementaire