La Nouvelle Tribune

Présidentielles 2016 : Savalou lance la campagne Emmanuel Golou

Espace membre

A la faveur d’une rencontre qui a eu lieu le vendredi 14 août 2015 dans la salle de réunion de l’arrondissement de Savalou Aga, les filles et fils de la commune de Savalou se sont prononcés sur le candidat qui porte mieux leurs aspirations pour les élections présidentielles de février 2016.

Tous à l’unanimité, ils ont jeté leur dévolu sur le président Emmanuel Golou pour avoir déjà donné les garanties nécessaires dans le but d’œuvrer à l’avènement d’un Bénin de type nouveau. C’était en présence d’une délégation du Parti social démocrate (PSD).

«Savalou, la Belle » ; ce sobriquet bien connu de tous ceux qui une fois déjà ont mis les pieds dans la cité des Gbaguidi, s’est révélé au grand jour en cette veille de 15 août où se célèbre la « fête de l’igname ». En plus de se parer de mille couleurs, des groupes folkloriques essaimés dans chaque coin de la commune faisant danser sur différents rythmes les habitants, en passant par le grand champ de foire où des commerçants locaux et d’ailleurs proposaient différents produits. Tout dans la ville annonçait les réjouissances du lendemain.

Atmosphère de grande préoccupation donc, mais qui n’a pas empêché les filles et fils de cette grande cité de Soha de dégager le temps nécessaire afin de faire un choix qui leur tenait à cœur : celui du candidat qui portera leurs espoirs et espérance lors des élections présidentielles de 2016. Et sur la base des critères qu’ils ont définis comme étant les valeurs à incarner par le futur président de la République du Bénin, celui-ci s’est imposé à eux en la personne du président Emmanuel GOLOU.

Pourquoi ce choix s’imposait ?

Faire une rupture avec la tendance à choisir des présidents parachutés de nulle part et qui ne connaissent pas ou maîtrisent mal le pays qu’ils sont chargés de diriger est aujourd’hui une évidence pour tous les Béninois. Elire un chef de l’Etat capable d’anticiper sur les besoins présents et futurs de ses compatriotes et du pays en général, est une exigence pour un Bénin véritablement émergent. Pour les jeunes de Savalou, il n’y a pas meilleur candidat parmi toute la flopée de prétendants au fauteuil présidentiel déjà ou non déclarés, que le président Emmanuel Golou pour répondre à ces obligations. En effet, de leurs différentes interventions, il ressort que l’homme a longtemps fait ses preuves de grand militant en restant plusieurs années durant aux côtés de l’animal politique Bruno Amoussou, sans jamais faire défection. Qualité très rare chez les politiques béninois qui, mus par des intérêts égoïstes, ont fait de la transhumance politique une valeur. Par ce long militantisme, Emmanuel Golou a largement intégré les idéaux de son parti, le Parti Social Démocrate (PSD) et s’est forgé une ferme conviction de ce que doit être la gouvernance des peuples. Ceci ajouté à d’autres atouts lui a permis d’être élu à la tête au plan africain de l’International socialiste. Ce militantisme également, et les différents postes politiques qu’il a occupés lui ont permis, d’abord, d’avoir une parfaite maîtrise de la vie sociopolitique béninoise et d’affiner ses qualités de chef et de leader.

Constant dans l’effort, sa discrétion légendaire, au lieu d’être perçue comme une faiblesse, est, aux dires des intervenants, une qualité à cultiver. Ils en veulent pour preuve qu’après son élection à la tête du PSD, les bases du parti à savoir le département du Couffo et une bonne partie du Mono se sont, en plus d’être maintenues, élargies. « Nous n’avons pas besoin d’un président syndicaliste, mais d’un chef de l’Etat qui sait par sa tempérance apporter des solutions qui satisfont à la fois le citoyen lambda, le syndicaliste de profession et l’Etat », ont-ils souligné.

Le choix des jeunes de Savalou porté sur le président Emmanuel Golou est aussi dicté par la grande préoccupation que l’homme fait de la promotion de la jeunesse. Loin d’aller rechercher des preuves dans le passé, ils étayent leur argumentaire avec la récente désignation de jeunes gens à la tête de la plupart des communes du Couffo. Mais avant, dit l’un d’eux, « il avait déjà cédé sa place de candidat à la députation au jeune Gérard Gbénonchi qu’il a soutenu pour son élection comme député à l’Assemblée Nationale ».

Par ailleurs, Emmanuel Golou est un atout évident pour le Bénin parce que, disent-ils, il a une carte de visite très impressionnante au plan national et international qu’il met déjà et mettra au profit de son pays en tant que chef de l’Etat.

S’il est certain pour les filles et fils de Savalou que le Bénin a une chance à saisir en élisant le président Emmanuel Golou à la magistrature suprême en 2016, ils invitent les autres jeunes du pays à ne pas marchander leur appui à l’homme.

A la fin de la rencontre, ils ont fait une déclaration publique de soutien au président Emmanuel Golou, qui appelle chaque Béninois à honorer son dû vis-à-vis du Bénin en faisant le bon choix, celui du président Emmanuel Golou.

La délégation du PSD, composée de Thierry Akpa, directeur de cabinet du Président, de Martial Hounnou et Macaire Badou, tous deux membres du Bureau exécutif national, de Audrey Métangni et Robert Alikpo, membres de la Fédération PSD du Littoral, a promis fidèlement rendre compte au président et au Bureau exécutif national