La Nouvelle Tribune

Insatisfaits de Yayi, des rois entendent désigner l’homme de 2016

Espace membre

Dans la perspective de la présidentielle de 2016, un collectif de têtes couronnées  regroupées au sein du Conseil des rois et de la chefferie traditionnelle de l’Ouémé-Plateau a tenu mardi un point de presse au palais du roi Signon Oba Adékiloumon, roi central de la Vallée à Adjohoun pour exiger des prétendants à la magistrature suprême, une soummission  à une consultation des mânes des ancêtres afin d’identifier parmi eux, l’homme qu’il faut pour le pays en 2016. Occasion choisie pour appeler Boni Yayi à honorer ses promesses non tenues.

Soumettre les candidatures de présidentiables à la consultation des mânes des ancêtres. C’est la  “génialicime” ’idée que propose un collectif de têtes couronnées au Bénin, le pays mondialement reconnu comme berceau du vodoun. Mardi, ces gardiens de la tradition regroupés au sein du Conseil des rois et de la chefferie traditionnelle de l’Ouémé-Plateau ont tenu un point de presse pour faire leur proposition à toute  la nation béninoise. “Nous rois, têtes couronnées et chefs traditionnels de l’Ouémé-Plateau,  avons  décidé depuis quelques mois d’élaborer et de définir les critères de sélection de l’homme devant prétendre à la destinée suprême de notre pays le Bénin. Ceci, dans le strict respect

des normes ancestrales, spirituelles et endogènes” ont déclaré les rois dans un communiqué lu à la presse. Ce qui se passe jusqu’ici n’est pas du goût des rois qui ont fait savoir “ après maintes réflexions, nous avons pris la résolution de faire en sorte que plus rien ne soit comme avant !”.  

Critères des rois

D’aucuns pourraient banaliser le message de ces têtes couronnées décidées à jouer une partition dans la désignation du successeur de Boni Yayi. “Il ne s’agit pas de critères fantaisistes, mais de données traditionnellement élaborées et basées sur les réalités culturelles et cultuelles de notre pays” avertit le  collectif de rois. Ils expliquent  que “la question fondamentale dans cette dynamique sera de savoir qui pourrait garantir la paix, la sécurité, le développement et surtout l’union des fils et filles de ce pays dès le 06 avril 2016 ?”.  Pour y répondre assurent les têtes couronnées,  “ des collèges de dignitaires, de chefs traditionnels, de rois et autres têtes couronnées avertis, essaient de répondre par la consultation des mânes de nos ancêtres”.

Avertissement

Faiseurs de roi désormais, ces rois ont décidé de ne plus apporter leur soutien aux candidats qui ne se soumettront pas à leur consultation. “Nous nous portons disponibles à recevoir quiconque entend se soumettre à cet exercice traditionnel avant de prétendre à la gestion de notre pays, car pour nous, celui qui  ne reconnaîtra pas le respect et la déférence dues à l’autorité traditionnelle ne saurait  s’engager dans la dynamique de gestion du pouvoir public suprême. En conséquence, celui-là ne saurait compter sur notre soutien, car il est temps pour nous, de remettre la tradition dans son rôle afin de garantir à nos compatriotes des choix justes et prometteurs d’un avenir radieux pour chacun et pour tous” ont averti les têtes couronnées.  Avec ces rois on est encore loin d’un portrait robot du futur président tel que présenté par le professeur de Fâ, Dah Koffi Aza. Les critères restent à préciser par un travail encore en cours. “un travail minutieux se fait déjà et devra se poursuivre au fil des déclarations de candidatures pour arriver aux critères précis sans lesquels un candidat à l’élection présidentielle ne saurait compter sur notre appui, car c’est l’avenir de nos enfants et le destin de tout un peuple qui se joue” ont-ils ajouté.

Insatisfaits de Yayi

A l’occasion de ce point  de presse, les têtes couronnées membres du Conseil des rois et de la chefferie traditionnelle de l’Ouémé-Plateau ont exprimé une désolation à l’endroit du président Boni Yayi. “Au passage, nous voudrions aussi par ce canal rappeler très aimablement au Président de la République que les promesses faites aux têtes couronnées de ce pays pour lui dire que nous sommes toujours dans l’attente de la réalisation de ses engagements vis-à-vis de nos couronnes” ont dit les rois qui soulignent qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire". Ceci, disent-ils, dans l’espérance que le président Boni Yayi aura “la clairvoyance pour réparer un tant soit peu l’injustice” qui leur est faite.   Ils ont aussi remarqué que depuis quelques années, les têtes couronnées ne sont plus l’objet de l’attention soutenue des pouvoirs publics. Comme quoi, la politique, c’est aussi l’affaire des rois qui de leur palais respectif, veulent voir au palais de la Marina