La Nouvelle Tribune

Installation des conseils communaux : plusieurs maires élus hier

Espace membre

La deuxième phase des élections communales et municipales  a débuté ce lundi 27 juillet 2015. Après le scrutin du dimanche 28 décembre dernier, qui a consacré l’élection des conseillers communaux et municipaux, places est faite, désormais, à la désignation des maires qui vont diriger les 77 communes du Bénin pendant les cinq prochaines années.

Les conditions d’élection des maires et de leurs adjoints sont définies par le code électoral. La loi stipule en son article 43 que «l’élection du maire et de ses adjoints a lieu, lors de la séance d’installation du Conseil communal ou municipal, au plus tard dans les quinze (15) jours qui suivent l’annonce des résultats de l’élection communale ou municipale…» Les résultats du scrutin ayant été proclamés le jeudi 16 juillet dernier, tous les conseils communaux et municipaux du Bénin seront installés au plus tard le 31 juillet. «Le maire et ses adjoints sont élus par le Conseil communal ou municipal en son sein, au scrutin uninominal secret et à la majorité absolue», stipule le code en son article 400. « Le candidat aux fonctions de maire est proposé par la liste ayant obtenu la majorité absolue des conseillers», complète l’alinéa 2 de l’article. C’est suivant, entre autres, ces dispositions légales que « l’autorité  de tutelle », que sont les préfets ou leurs représentants ont procédé hier à l’installation de plusieurs conseils communaux. Les temps forts des cérémonies d’installation ont été l’élection des troisièmes maires du renouveau démocratique. Ainsi, dans le Nord du pays, des communes comme Karimama, Malanville, Kalalé, Djougou, Pèrèrè et Kouandé connaissent déjà leurs maires. Au Sud, les localités de Bohicon, Klouékanmey, Lalo, Dogbo, Djakotomey, Toviklin et Djidja connaissent désormais leurs premiers magistrats. Dans certaines communes, les maires sortants ont été simplement reconduits. D’autres communes ont de nouveaux hommes forts. De même, dans certaines communes, l’élection s’est tenue sans anicroches. Dans d’autres, elle a été faite sous tension. C’est le cas de la commune de Malanville. Pour les élections controversées, le code électoral prévoit les voies de recours. L’article 407 dispose : « L’élection du maire et de ses adjoints peut être frappée de nullité. Le délai de recours pour évoquer cette nullité est de quinze (15) jours et commence à courir 24 heures après l’élection. Cette nullité est prononcée par la Cour suprême à la requête de tout organe ou de toute personne ayant capacité et intérêt à agir. En cas de nullité de l’élection du maire ou d’un adjoint, le Conseil communal ou municipal est convoqué pour procéder à son remplacement dans un délai maximum de quinze (15) jours

LES MAIRES DEJA CONNUS

Bohicon: Luc s. Atrokpo (rb-rp)

Perèrè: Tama Marietou (alliance soleil)

Aplahoué: Casimir Sossou (un)

Sinende: Akibou Yaya (alliance soleil)

Banikoara: Innocent SanniSabiYo (fcbe)

Bante: Innocent akobi (fcbe)

Djidja:. Placide avimadjenon (un)

Lalo: William Fangbedji (un)

Kalalé : Orou Se Guené (abt)

Djougou : Micaël Bassabi Djarra (fcbe)

Klouekanmey : Christophe Megbedji (Un)

Djakotomey : Dohou Séraphin (un)