La Nouvelle Tribune

Communales 2008

Espace membre

La Cour suprême surprend une nouvelle fois
Les élections communales seront reprises dans l’arrondissement de Monsey dans la commune de Karimama. C’est la surprenante décision rendue jeudi par la Cour suprême suite à un recours des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) qui présenteront de nouveaux candidats.
C’était la stupéfaction hier à la Cour suprême. La décision qu’elle a rendue hier a laissé plus d’uns pantois. En effet, les Fcbe ont contesté devant la Cour suprême les résultats des élections communales qui donnaient gagnant le G13 des deux sièges de l’arrondissement de Monsey dans Karimama. Hier au prétoire, chacune des deux parties a fait valoir ses arguments.  C’est ainsi que dans son mémoire de défense, le G13 a relevé l’illettrisme des deux candidats des Fcbe par exploit  d’huissier. Puisque conformément aux dispositions de l’article 13 de la loi 2007-28 portant règles particulières applicables aux élections communales et locales en République du Bénin, ne saurait être candidat toute personne ne sachant ni lire ni écrire.
{mosgoogle}
Il est donc ainsi établi leur inéligibilité. Mieux, sur demande de l’avocat de la partie défenderesse, l’un des candidats n’a pu lire et écrire pendant que le second a tout bonnement reconnu qu’il n’a jamais mis pied à l’école, refusant ainsi l’humiliation. C’est donc logiquement que l’assistance s’attendait à ce que les sièges soient, une nouvelle fois, attribués au G13. Mais, coup de tonnerre, la Cour estime que les élections seront reprises après avoir annulé près de 87% des voix. Cerise sur le gâteau, la Cour autorise les Fcbe à présenter de nouveaux candidats pour la reprise desdites élections. Dès lors, on se demande si l’institution qui va enregistrer ces nouvelles candidatures. Puisque non seulement la loi ne tient pas compte de ce cas de figure, mais aussi le Sap Cena n’a pas cette prérogative. Face à un tel verdict, on se demande si la Cour n’apporte pas ainsi de l’eau au moulin de ceux qui estiment qu’elle fait des miracles à travers ses jugements.

Benoît Mètonou