La Nouvelle Tribune

Abdoulaye Bio Tchané présente ses félicitations à Adrien Houngbédji

Espace membre

Le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji a reçu hier en audience le président Abdoulaye Bio Tchané. L’hôte du président Houngbédji était à la tête d’une forte délégation composée de députés et militants de son alliance.

L’objectif de cette visite de courtoisie est de féliciter le président de l’Assemblée nationale pour son élection au perchoir de l’institution parlementaire et aussi exprimer son adhésion au contenu du discours qu’il a prononcé lors de son installation le 15 juin 2015 dernier, un discours profond qui trace le chemin de ce que pourrait être l’environnement politique au Bénin.

«  Je le lui ai dit aussi, un sujet pour lequel moi je suis très sensible, c’est que nous avons une démocratie qui a besoin de traduire son existence dans le vécu  quotidien de nos compatriotes. C’est que j’appelle les dividendes économiques pour nos compatriotes. Nous avons les millions de nos compatriotes qui sont sans emploi. Nous avons des millions d’autres qui n’ont pas accès à l’eau potable et nous avons des centaines de milliers qui meurent de paludisme. Et ça, ce sont des sujets qui sont très importants » a précisé Abdoulaye Bio Tchané. A propos des élections communales, il a exprimé une fois encore son indignation. A en croire ses propos, « le Code électoral est si bien écrit par le législateur qu’il y a toujours un gagnant. Dans la même Commune, c’est ce qui s’est traduit. Pour qu’il y ait partage équitable de sièges dans une Commune il y a 4 sièges, il faut rigoureusement que les deux partis aient le même nombre de sièges. Ce n’était pas le cas. Nous attendons que la Cour suprême décide de ce qui nous revient. D’ailleurs, je note que les documents qui ont été véhiculés par la Cena et qui, pour moi font foi, donnent 3 sièges à Abt dans l’Arrondissement de Manigri à Bassila contre 1 siège   aux Fcbe dans le même Arrondissement ». Enfin, il est revenu sur la situation de dénigrement de la personne de l’honorable Wallis Zoumarou dans la presse et la démarche qui vise à ternir son image au sein de la population béninoise et surtout celle de Parakou