La Nouvelle Tribune

Dossier alimentation en eau potable à Parakou : les députés donnent leur accord

Espace membre

Le gouvernement peut désormais se frotter les mains pour avoir finalement réussi à convaincre les parlementaires dans le cadre de l’examen de l’accord de prêt signé à Cotonou le 07 avril 2015 entre la République du Bénin et la Banque ouest-africaine de développement (Boad) dans le cadre du financement partiel du projet de renforcement du système d’alimentation en eau potable de la ville de Parakou et ses environs qui est estimé à 8 milliards de francs Cfa.

Ils ont donné au cours de la plénière leur quitus par rapport à ce dossier qui traîne depuis quelques jours sur la table des députés. On se rappelle que l’examen de ce dossier en plénière a été une fois déjà ajourné par les députés. Mais cette fois-ci, il semble que c’est le bon tunnel et le gouvernement et les populations de Parakou peuvent s’en réjouir. En effet, hier après la lecture du rapport, certains députés ont réagi au cours de la discussion générale.

Malgré les insuffisances observées dans ce dossier, les députés proches de la mouvance présidentielle ont plaidé pour que ce dossier soit voté. Par contre pour les députés de l’opposition, ils sont revenus en long et en large sur la situation des Pays-Bas dans le dossier PPEA2. Ils ont souhaité que le contrôle soit renforcé au niveau de ce projet afin qu’il ne devienne pas un éléphant blanc comme pour beaucoup d’autres projets gouvernementaux.

Pour la doyenne d’âge, Rosine Soglo, elle se dit optimiste et déclare que rien ne sera fait pour soulager les populations de Parakou. Quant au député Joseph Djogbénou, l’autorisation sera accordée mais avec beaucoup de prudence et de vigilance. Selon lui, il faut des commissions d’enquêtes pour contrôler la gestion de ces financements.

L’honorable Wallis Zoumarou déplore la mauvaise gestion des projets par le gouvernement et demande qu’on donne un satisfécit au gouvernement une fois que ce projet sera à terme. Les députés Eric Houndété, Koussonda Adjibadé, Boniface Yèhouétomè et d’autres ont abondé aussi dans le même sens que leurs prédécesseurs. Au terme des discussions, ce dossier a été adopté à l’unanimité des députés présents.