La Nouvelle Tribune

Topanou : «j’aurais été élu, si j’avais été sur une liste de l’UN…»

Espace membre

Ils étaient nombreux, les partis et alliances de partis, sur la ligne de départ pour les communales, mais très peu ont pu franchir la ligne d’arrivée. Au nombre des partis et alliances qui n’ont pas réussi à avoir de sièges dans les conseils communaux ou municipaux, figure le Front uni pour la république (FUR) du professeur Victor Topanou. Dans un post ce weekend sur sa page facebook, le président du FUR est revenu sur les raisons de l’échec de son parti.

Selon le professeur Topanou, trois raisons justifient son échec qui à l’en croire était prévisible. Il s’agit de la jeunesse de son parti (3 ans d’âge), la proximité du scrutin avec les législatives et les enjeux locaux qui étaient hautement plus importants pour d’autres. Le Professeur estime qu’il aurait pu se faire élire s’il était allé à la bataille électorale en alliance. « Avec le recul, j’ai acquis la certitude que si j’avais été sur une liste de l’UN, de la RB-RP, de l’AND ou même du PRD, j’aurais été élu », a écrit Victor Topanou avant de faire remarqué que cela aurait été au détriment de son parti.

Le FUR, aux dires du président Topanou, devrait pouvoir obtenir au moins une dizaine d’élus communaux. Et le professeur Topanou n’a pas de regret quant à la participation à ces élections avec son parti. « Dans un système démocratique, quand on prétend être un acteur politique, on doit prendre part aux élections quelles qu’elles soient, seules sources de légitimité. Et quand on prend part à une élection, on gagne ou on perd », souligne l’ancien ministre du chef de l’Etat devenu opposant pour qui le cap est déjà sur la présidentielle de février et de mars 2016.