La Nouvelle Tribune

Humiliation du ministre Paul Hounkpè : ça craint pour la culture, l’alphabétisation...

Espace membre

Fait insolite et attristant ce lundi 13 juillet 2015, le passage plutôt médiocre du ministre Paul Hounkpè représentant son homologue de l’agriculture à l’Assemblée nationale fait craindre pour les secteurs de la culture, l’alphabétisation, l’artisanat et le tourisme qu’il patronne dans le nouveau gouvernement de Boni Yayi.

C’est avec les yeux larmoyants que Paul Hounkpè, le ministre de la culture, de l’alphabétisation, de l’artisanat et du tourisme est sorti du parlement béninois ce lundi 13 juillet 2015. Envoyé au parlement en lieu et place de son homologue du ministère de l’agriculture empêché pour répondre aux questions des parlementaires  dans le cadre de l’examen du dossier relatif au projet de loi portant « autorisation de ratification de la Convention de crédit »  consacrant le financement du projet d’appui au développement agricole des collines (Padac), le ministre Hounkpè  a fait piètre figure.

Ayant perdu son latin, il n’a pas pu  formuler une phrase correcte. Ces  propos sans logique n’étaient pas loin de l’exploit que ferait un bébé babillant.  « Nous allons... (Silence).........Bon... (Silence)...........les ..... . (Silence).............le niveau euh... de synergie et le suivi. Ce projet.....le cadre institutionnel........PADAC est le plus ancré possible au niveau...............(silence)............. du département des Collines... .(Silence)...........Le cadre institutionnel fait place...fait une place de choix au Carder ZOU. .(silence)................Donc le carder Zou aura euh.(silence)............. à beaucoup contribuer....Le ministère va servir justement d'interface avec les bailleurs. .(silence).............. La part des Communes......La part de chaque commune dans la participation sera étudiée......au fur et à mesure que leurs besoins seront exprimés.... puisqu'il s'agira des projets à soumettre................... .(silence)..............Alors s'agissant des filières. (silence).......................Une étude sera conduite en début de projet pour retenir avec les acteurs les filières porteuses qui seront appuyés par le projet.... (Silence).............................Je crois que en gros............. .(silence)............par rapport aux contributions il y a eu une grande flexibilité au niveau du projet et je crois que les communes ne seront pas pompées, harcelées par rapport aux contributions qui leur seront demandées... (Silence)................Le ministre de l'Agriculture même vient d'arriver. Nous n'étions pas très au courant. Je laisse compléter », a bégayé le ministre, le regard dur, larmes au bord des yeux.

Lire Le ministre Paul Hounkpè se fait humilier à l’hémicycle

Ça craint !

Pour défendre l'indéfendable, les sbires du régime Yayi trouvent comme situation atténuante le fait que  Paul Hounkpè n’était pas allé défendre un dossier relevant de son portefeuille ministériel. Mais n’empêche que l’ancien maire de Bopa nommé ministre contre toute attente donne une occasion de plus de douter de ses compétences à chapoter le vaste et important ministère la culture, de l’artisanat, de l’alphabétisation, de l’artisanat et du tourisme.

Celui dont la nomination est apparue, pour bon nombre de Béninois comme une récompense de sa pugnacité à gueuler sur les adversaires politiques du président Boni Yayi dans sa région, avait pris fonction sur de fausses notes. La Nouvelle Tribune avait dans la posture de l’homme décelé qu’«il est  apparu comme un intrus dans un milieu qui n’est pas le sien ».

L’homme qui a bégayé devant la représentation nationale, faut-il le rappeler, est censé représenter le Bénin  dans des rencontres internationales où il est appelé à vendre la culture béninoise, l’artisanat et les potentialités touristiques du pays. Et il n’est qu’un secret de  polichinelle que ces secteurs comme celui de l’agriculture  sont étrangers à l’instituteur qui a laissé la craie pour se lancer en politique. Ça craint. Entre autres, les acteurs du secteur de l’alphabétisation qui plaident pour une augmentation de leur budget dans le prochain budget général de l’Etat ont de quoi se demander si l’actuel ministre sera à même de porter leurs doléances au chef de l’Etat appelé « Papa » par certains de ses anciens ministres.

Mais puisque l’erreur est humaine, il n’y a qu’à espérer que  le passage douteux qui restera gravé dans les annales des insolites,  ne sera qu’un accident de parcours pour le ministre Hounkpè à qui son prédécesseur a  conseillé d’« associer les artistes à ses décisions stratégiques »