La Nouvelle Tribune

Le ministre Paul Hounkpè se fait humilier à l’hémicycle

Espace membre

Le ministre en charge de la culture, Paul Houkpè, a essuyé hier en séance plénière à l’Assemblée nationale, les critiques des députés. Ce dernier s’est fait pratiquement humilier hier devant la représentation nationale.

En effet, il était désigné par le Gouvernement en lieu et place du ministre de l’agriculture pour répondre aux préoccupations des députés en plénière dans le cadre de l’examen du dossier relatif au projet de loi portant autorisation de ratification de la Convention de crédit signé à Cotonou, le 16 février 2015, entre la République du Bénin et l’Agence française de développement (Afd), dans le cadre du financement de projet d’appui au développement agricole des collines (Padac). Malheureusement, le ministre Paul Hounkpè n’a fait que cafouiller dans les réponses à délivrer à la représentation nationale. Ce qui a dû amener le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji à le rappeler à l’ordre « ou bien on va vous laisser le temps de mettre de l’ordre dans vos dossiers… ». C’est dans ce climat délétère et malsain que son homologue des travaux publics et des transports, Gustave Sonon, ancien ministre chargé des relations avec les institutions, qui est un habitué de l’hémicycle, lui est venu à la rescousse en apportant quelques éléments de réponses aux préoccupations des députés. Mais au terme de l’examen et du vote de ce projet de loi, l’honorable Mathurin Nago, lors de son explication de vote, a déploré cet état de chose et fait des recommandations à l’endroit du Gouvernement par rapport au non suivi des projets après les autorisations de ratifications par l’Assemblée nationale. C’est dans cet ordre d’idées qu’il a demandé que soit mis sur pieds une mission d’information parlementaire pour constater de visu l’évolution de ce projet

>> Voir la vidéo de son intervention

Verbatim de l’intervention du ministre Hounkpè

« Merci monsieur le Président. Nous remercions sincèrement les honorables députés pour leur intervention et surtout les contributions aussi importantes les unes que les autres.

Nous allons... (Silence).........Bon... (Silence)...........les ..... . (Silence).............le niveau euh... de synergie et le suivi. Ce projet.....le cadre institutionnel........PADAC est le plus ancré possible au niveau...............(silence)............. du département des Collines... .(Silence)...........Le cadre institutionnel fait place...fait une place de choix au Carder ZOU. .(silence)................Donc le carder Zou aura euh.(silence)............. à beaucoup contribuer....Le ministère va servir justement d'interface avec les bailleurs. .(silence).............. La part des Communes......La part de chaque commune dans la participation sera étudiée......au fur et à mesure que leurs besoins seront exprimés.... puisqu'il s'agira des projets à soumettre................... .(silence)..............Alors s'agissant des filières. (silence).......................Une étude sera conduite en début de projet pour retenir avec les acteurs les filières porteuses qui seront appuyés par le projet.... (Silence).............................Je crois que en gros............. .(silence)............par rapport aux contributions il y a eu une grande flexibilité au niveau du projet et je crois que les communes ne seront pas pompées, harcelées par rapport aux contributions qui leur seront demandées... (Silence)................Le ministre de l'Agriculture même vient d'arriver. Nous n'étions pas très au courant. Je laisse compléter »