La Nouvelle Tribune

Trafic supposé d’armes au profit de la Côte d’Ivoire: Marcel de Souza se prononce

Espace membre

Enfin une première réaction. Dans l’affaire de trafic supposé d’armes au profit de la Côte d’Ivoire qui circule depuis peu sur les réseaux sociaux dans laquelle sont cités les noms de chef de l’Etat béninois et de son beau-frère, il y a enfin une réaction.

Dans un post sur sa page facebook, ce samedi 11 juillet 2015, l’ancien ministre du développement et actuel député à l’Assemblée nationale, Marcel Alain de Souza, est monté au créneau. L’élu du peuple, dans sa réaction sur les réseaux sociaux, a apporté un démenti formel. A en croire le député de la 16ème circonscription électorale, l’affaire est «un canular de mauvais goût ». L’objectif de ce qu’il considère comme un montage grossier serait, selon l’honorable de Souza, de « ternir, une fois de plus, son image et  son honorabilité ».

Il faut le préciser, dans cette affaire supposée de trafic d’armes au profit du président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, le Bénin est accusé  de servir de plaque tournante. Et le chef de l’Etat, précisément son beau-frère, le député de Souza est accusé d’avoir servi de courroie de transmission.

Il est accusé d'avoir reçu quatre ordres de virement d’un montant de 120 millions de dollars US soit quelques 60 milliards FCFA via deux sociétés écran de droit chypriote. Dans son post sur facebook, l’ancien ministre récemment accusé par sa famille politique de trahison exige qu’on lui montre le bordereau de virement. Il voudrait également que soient publiés les noms des deux sociétés dont il est question dans cette affaire qui, une nouvelle, porte atteinte à l’image du Bénin.