La Nouvelle Tribune

Limogeage d'un Conseiller Technique

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Aller plus loin
En se débarrassant d’un conseiller devenu encombrant, le Chef de l’Etat a semblé prendre la mesure des choses. En effet, depuis quelques temps,  les nouveaux riches qui fleurissent dans son  entourage comme des champions en usant de leurs positions, ne sont plus à démontrer. Des cas de malversations à peine voilés sont commis par ces derniers sans qu’ils ne soient inquiétés. En un temps record, certains qui ne gagnaient pas la somme de cent mille (100.000) francs Cfa avant de devenir conseiller à ma présidence, ont acheté et érigé des immeubles dans tous les coins du pays, des entreprises sont créées selon l’humeur du moment au nom de tierces personnes aux fins de gagner les marchés. En somme, une mafia savamment orchestrée au cœur de l’appareil d’Etat par ceux qui sont chargés d’aider le chef à lutter contre la corruption. Le chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi doit aller plus loin. Son balaie doit aller dans tous les coins et recoins du palais où se tapissent des bandits à col blanc. Une fois détecté et chassés, le président doit pouvoir montrer sa volonté de lutter contre la corruption en les confiant à la justice afin qu’ils subissent les conséquences de leurs actes. C’est à ce seul prix qu’il pourra peut-être regagner la confiance de certains Béninois devenus sceptiques face à sa manière de gérer. D’un autre côté, il ne doit pas oublier la crise politique qui sévit depuis plus d’un an. Cela est également le résultat des interventions irresponsables de certains de ses conseillers qui, ne distinguent guère injures et explications techniques.

Benoît Mètonou