La Nouvelle Tribune

Après la présentation de son rapport d’activités

Espace membre

Nago confirme le bilan catastrophique de la législature
De la période du 01 avril au 30 octobre 2008, l’Assemblée nationale a donné un bilan peu élogieux, c’est du moins ce qui ressort de la présentation faite le vendredi dernier à l’hémicycle par le président Mathurin Nago dans son rapport d’activités qui malheureusement a été rejeté par la majorité des députés. Ce rapport, il faut le rappeler, s’articule autour de deux axes principaux à savoir, les activités menées au plan interne et celles menées au plan externe. Par rapport aux activités internes, le président de l’Assemblée nationale a déclaré qu’ << aucun des dossiers inscrits à l’ordre du jour de la première session ordinaire de l’année n’a pu être adopté du fait de la crise que connaît l’institution. Il en est de même pour le rapport d’activités qui a été examiné le 23 mai dernier>>. Mieux, les travaux effectués au sein des commissions ont révélé aussi plusieurs insuffisances liées à la baisse de performance au cours des productions législatives. Pour exemple, au cours de la période de référence, sur 60 dossiers affectés pour étude quant au fond, seulement 24 ont été traités. Pour le président Mathurin Nago, certaines commissions doivent redoubler d’efforts. 26 séances plénières ont été tenues dont 2 lois ordinaires seulement votées et 3 autorisations de ratifications. En ce qui concerne les autres textes votés, il s’agit de la proposition de résolution contre le président de l’Assemblée nationale.
{mosgoogle}
Dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale, 4 questions écrites et 5 questions d’actualités ont été adressées au gouvernement. Pour ce qui est des questions écrites, outre les questions restées en suspens, sur les 6 questions orales avec débats adressées au gouvernement, aucune question n’a été examinée en plénière. D’autres sujets ont été aussi abordés au cours de la présentation du rapport, notamment, les activités administratives et de gestion du parlement dont la gestion des ressources humaines, le renforcement des capacités des députés et du personnel, la gestion des ressources financières et du matériel. Le président Mathurin Nago n’a pas aussi occulté dans son rapport les activités menées au plan extérieur. Malgré toutes ces clarifications, les députés dans leur ensemble, surtout ceux du G4, G13 et Force Clé n’ont pas été convaincus. Ils pensent que le rapport a écarté les problèmes politiques qui seraient même à la base de la crise au parlement. Finalement, les députés confirment que Mathurin Nago, à travers son rapport d’activités, vient de donner de l’eau au moulin de leurs multiples inquiétudes. Ils ont alors choisi de rejeter purement et simplement le rapport d’activités de leur président.

Ismail Kèko