La Nouvelle Tribune

Communales : Tiando rend responsables les partis politiques de certaines irrégularités

Espace membre

Les élections communales, municipales et locales ont tout comme les législatives d’avril dernier été émaillées d’un certain nombre d’irrégularités enregistrées ça et là. Dans certains arrondissements, les logos de certains partis et alliances de partis politiques n’ont pas été retrouvés sur le bulletin pour les élections des conseillers de villages et quartiers de ville. Ce fut le cas par exemple dans certains arrondissements de Takon dans le département du Plateau, de Zakpota dans le Zou et de Toucountouna dans l’Atacora.

 La responsabilité de ces irrégularités qui ont conduit simplement à l’annulation du scrutin dans ces arrondissements pour ce qui est des élections incombe à en croire le président de la Commission électorale nationale autonome (Céna), Emmanuel Tiando, aux partis politiques et alliances de partis politiques. « Lorsque nous avons élaboré le spécimen des élections locales, nous avons invité tous les partis politiques à venir faire leurs observations. Il y a des partis politiques qui ne se sont pas présentés et qui par la suite ont posé des revendications. Il ne nous était pas possible de donner satisfaction à ces revendications », a expliqué le président Tiando. Le premier responsable de la structure désormais permanente chargée de l’organisation des élections au Bénin lors de son intervention ce dimanche a également reconnu une part de responsabilité de la Céna dans ces irrégularités. « Nous aussi nous avons une part de responsabilité puisqu’ il y a des partis déjà connus, des partis qui ont fait des observations et ces logos-là n’ont pas été pris en compte », a avoué Emmanuel Tiando avant de souligner que contrairement à ce qu’on pourrait être tenté de croire que ce n’est qu'un seul parti dont le logo a été omis sur le bulletin.

Dans ses mots, le président de la Céna après avoir minimisé les irrégularités qui à l’en croire, ne touche que moins de dix (10) arrondissements sur les cinq cent quarante et six (546) que compte le pays a fait savoir que les élections seront reprises à ces endroits.