La Nouvelle Tribune

«Cotonou Propre » : la solution d’Azannaï contre l’inondation

Espace membre

Candidat aux élections municipales, communales et locales du 28 juin 2015, Candide Azannaï était hier sur la radio Soleil FM à Cotonou. Le député se déclare foncièrement contre les 3CI et propose un vaste programme dénommé «Cotonou propre»

Sans langue de bois, le tonitruant député de l’Union fait la Nation (Un) et candidat aux prochaines élections municipales et communales dans le 9è arrondissement de Cotonou, Candide Azannaï s’est prononcé sur son programme ce jeudi sur Soleil Fm. D’entrée, il précise qu’il a répondu à l’appel de la population. «Je suis un homme politique et lorsque les populations vous réclament il ne faut pas être orgueilleux». Il ajoute «deux personnes m’ont demandé cela. La première personne c’est un militant du Psd qui m’a expliqué pourquoi il le faut». L’He Azannaï pense qu’il faut proposer autre chose à la population de Cotonou notamment dans la gestion de l’inondation. «Je suis contre les trois CI (Cotonou en campagne contre les inondations) parce que les 3CI ont montré leur limite pendant plus de douze ans). Le président du parti ‘’Restaurer l’espoir’’ semble prendre un engagement à combattre ce plan anti-inondation initié par les actuels dirigeants de Cotonou : la famille Soglo avec leur parti, la Renaissance du Bénin (Rb). Candide Azannaï estime que le programme 3CI est nuisible, dangereux et n’est qu’un palliatif. Mieux le challenger des Soglo clame que 3CI n’est pas ambitieux et a échoué. Alors, il propose «Cotonou Propre». C’est un vaste programme alternatif «dans lequel il y a un chapitre réservé en substitution aux trois CI». Le candidat explique que «Cotonou Propre» comprend beaucoup de choses. « Quand on prend l’inondation, il y a trois problèmes de concentration d’eau à Cotonou, détaille-t-il. Il y a la texture (la situation par rapport à la mer). Ensuite, il y a les eaux qui viennent des hauts châteaux que nous avons dans la région de l’Atacora et enfin l’eau qui vient d’en haut par la pluie. Et connaissant les exutoires naturels de l’eau on peut prendre des dispositions pour amener les populations à quitter ces exutoires ou à adopter un type de construction bien défini.»

Le candidat Azannaï pense qu’on peut rendre Cotonou propre malgré l’inondation. Il faut l’exemple, la rigueur. «Nous allons amener un style de gouvernance tourné vers la transparence et vers la modernisation», indique le député. Qui place le dialogue avec la population en priorité. Il explique qu’il faut arrêter les scandales domaniaux. Il faut dire aux populations ce qu’on veut faire. Il fait régler la question de la berge lagunaire. L’audit des espaces administratifs doit être fait. Il faut mettre la jeunesse au travail en parlant de la paix et donné une dimension touristique à la ville de Cotonou. Candide Azannaï reste prêt pour le débat si c’est le maire sortant de la commune de Cotonou, le président Nicéphore Soglo, qui est son contradicteur