La Nouvelle Tribune

Bénin : Bruno Kangni dénonce la propension au vote par procuration

Espace membre

Les élections législatives d’avril 2015 et l’élection du bureau de l’assemblée nationale, 7è législature ont révélé une nette augmentation de vote par procuration. Le Mouvement Populaire de Résistance, à travers un communiqué signé de son président Bruno Kangni, dénonce avec la dernière vigueur cette chosification de l’homme député, par voie de conséquence, sa dévalorisation.

Il attire l’attention de toutes les forces positives démocratiques sur ce fléau qui menace fortement notre démocratie. Lisez-ci-dessous l’intégralité du communiqué de presse

Communiqué de presse

La procuration à l’usage mercantile.

Notre pays a récemment connu l’organisation des élections législatives en vue de la désignation des députés pour le compte de la 7ème législature.

Nous saluons l’esprit patriotique et la lucidité dont ont fait montre, nos concitoyens au cours cette période assez tendue pour la raison que nous connaissons tous.

Le MPR (Mouvement Populaire de Résistance) se joint aux autres forces politiques de progrès pour saluer l’élection de Me Adrien HOUNGBEDJI à la tête de notre Assemblée Nationale pour le compte de cette 7ème législature.

Cependant, le MPR s’inquiète de la tournure que ces élections ont prise quant au déroulement de la campagne électorale et dans la mise en place du bureau de cette 7eme législature.

En effet, nous voudrions attirer l’attention de la population sur l’ampleur du phénomène de corruption électorale par la vente des procurations, que ce soit en période électorale ou lors de la mise en place du bureau de l’Assemblée Nationale.

S’il est vrai qu’aucune disposition légale ne prescrit le vote par procuration, il nous paraît plus qu’impérieux, d’attirer l’attention des uns et des autres sur l’allure inquiétante de la courbe ascendante du phénomène. Ainsi l’exception se transforme progressivement en règle avec le silence complice et malsain de presque tous les  acteurs politiques et institutionnels.

Ainsi, plusieurs cas de vote par procuration ont été dénombrés pendant le dernier vote pour l’élection des députés et ce phénomène s’est poursuivi jusque dans notre hémicycle lors de la mise sur pied du bureau de l’Assemblée Nationale.

A titre illustratif et pour le compte des dernières élections :

-              plusieurs circonscriptions ont enregistrés plus de 10 000 votes par procurations, surtout au Centre et au Nord du pays ;

-              Une trentaine de procuration pour l’élection des membres du bureau de l’Assemblée de la 7eme législature qui en compte Quatre Vingt Trois, c'est-à-dire un peu moins de la moitié. Quelle ignominie !

Le marchandage politique et le clientélisme endurci au mépris des désidératas et aspirations du peuple, s’installent progressivement dans nos pratiques démocratiques. Cela n’honore aucunement notre pays.

Nos populations sont ainsi, chosifiées et profitant de la misère ambiante, certaines familles politiques organisent ce commerce honteux et indigne de « procuration ».

Nos députés ont été « animalisés » lors de la mise en place du bureau de l’Assemblée Nationale. Heureusement que les résultats ont reflété le choix du peuple.

Nonobstant, tout citoyen digne, ne peut que flétrir devant la situation qui a prévalue dans la nuit du 26 au 27 mai dernier au siège de notre Assemblée Nationale, lors du vote pour l’élection de son bureau.

Quel héritage et quelle moralité, pouvons nous retenir face à de tels comportements de nos dirigeants ?

Le mandat du député est devenu un fond de commerce et ont vient s’offrir impudiquement  sur un marché en foire sur lequel certains se sont érigés en acheteurs de procurations, pour ne pas dire de conscience. Quel pays !

Ainsi, une fois cette dernière vendue, que pouvons nous encore attendre  de ces « Honorables » ?

Le MPR dénonce avec la dernière vigueur cette chosification de l’homme député, par voie de conséquence, sa dévalorisation.

-              Sommes nous encore en mesure de les traiter d’honorables ?

-              Que pouvons-nous encore attendre de ces députés corrompus ou vendeurs de conscience ?

Il est vrai que nous assistons depuis 2006, à l’avènement du gouvernement dit « du changement », à de nombreuses dérives dans la gestion démocratique de notre pays. S’il est vrai que le phénomène de la corruption, même électorale, existait, nous devons nous inquiéter de sa propension avec ce pouvoir. Mieux, cela est érigé en système de gouvernement, en témoignent les nombreux scandales de corruption qui ont émaillé tout le temps la  gouvernance de M. Boni YAYI.

Nous devons nous mobiliser pour barrer la route à la corruption morale.

C’est pourquoi, le MPR, vient par ce présent communiqué :

-              Attirer l’attention de toutes les forces positives démocratiques sur ce fléau qui menacent fortement notre démocratie ;

-              Dénoncer avec vigueur la trahison du peuple, par cette pratique qui n’honore pas notre démocratie ;

-              Tirer la sonnette d’alarme et inviter toutes les institutions de la République, ainsi que toutes les structures et acteurs de la société civile, à se saisir de ce phénomène pour proposer des solutions idoines, en vue de mieux organiser l’usage des procurations dans le cadre de nos différentes élections.

Le MPR, par la même occasion, appelle toutes les autres organisations politiques et sociales, à prendre leur part dans cette nouvelle lutte pour l’assainissement du processus électoral, le retour de l’éthique dans le monde politique, pour l’instauration d’une bonne pratique démocratique.

A bas la corruption électorale !

A bas la corruption morale !

Et que vive la Démocratie béninoise !

Le Président

Bruno KANGNI