La Nouvelle Tribune

Hémicycle : Comlan Dadégnon passe le témoin à Falilou Akadiri

Espace membre

Le nouveau directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale, Falilou Akadiri a pris officiellement les commandes des mains de son prédécesseur Comlan Dadégnon, directeur de cabinet sortant. La cérémonie de passation s’est déroulée hier à la salle polyvalente de l’Assemblée nationale en présence du secrétaire général administratif et d’autres cadres de l’institution parlementaire.

En effet, la tradition à l’Assemblée nationale est que chaque président nomme son directeur de cabinet. A cet effet, Comlan Dadégnon a félicité son successeur et lui a souhaité du succès à son nouveau poste. « Je voudrais profiter de l’occasion qui nous unit aujourd’hui, pour dire publiquement, un sincère merci au  président Mathurin Coffi Nago pour m’avoir appelé et gardé à ses côtés durant les huit années qu’il a passées à la tête de l’Assemblée nationale… Je voudrais également dire merci à tous ceux qui m’ont aidé dans l’exercice de mes fonctions, et aussi à tous ceux qui m’ont perturbé » a-t-il précisé.

« Je voudrais rendre quand- même grâce au Seigneur, qui a voulu que  ce jour soit le mien. Celui de mes amis, celui de mes proches, celui de mes parents et surtout celui de ceux, avec qui depuis vingt cinq ans, nous parcourions monts et vallées, pour une cause juste et noble. Que la population béninoise a voulu le 26 avril dernier, rendre effective et que les électeurs, les députés de la 7è législature ont confirmé par ce que nous avons appelé, la première vraie victoire du peuple béninois » a déclaré Falilou Akadiri. Il a également formulé le vœu de faire autant, sinon mieux, que son prédécesseur. Enfin, il a rendu hommage au président Adrien Houngbédji et dit merci aux militants de sa formation de base qu’est le Prd. « Tout ne sera pas beau, tout ne sera pas bon, mais par la grâce du Seigneur, tel que vous êtes arrivé à surmonter et à transformer ces éléments négatifs, en éléments positifs et je souhaite qu’il en soi de même pour moi » a-t-il conclu.