La Nouvelle Tribune

Détournement : le Marib met la pression sur Yayi et son gouvernement

Espace membre

En vue de faire pression sur le gouvernement béninois pour l’élucidation  de l’affaire de détournement de l’aide des Pays-Bas, le Mouvement ad’ hoc pour la réhabilitation de l’image du Bénin (Marib) a lancé une «pétition citoyenne». D’environ 500 signatures actuellement, cette dernière a été transmise hier jeudi à l’Ambassadeur des Pays-Bas près le Bénin.

Faire pression sur le gouvernement béninois pour que les faits de détournement d’environ 3 milliards FCFA de l’aide du royaume des Pays-Bas révélés il y a peu ne restent pas impunis. C’est le  combat du Mouvement ad’ hoc pour la réhabilitation de l’image du Bénin (Marib), né au lendemain de l’éclatement de cette affaire qui ferme les portes d’accès à l’eau potable de nombre de population des milieux ruraux. Pour atteindre son objectif, le Marib a lancé une « pétition citoyenne ». Faite à la fois en ligne (www.maribenin.com) et sur support physique, cette pétition qui a récolté un peu plus de cinq cent (500) signatures a été transmise hier, jeudi 21 mai 2015, à l’Ambassadeur des Pays-Bas près le Bénin, son excellence Jos Van Aggelen. Elle a été transmise au diplomate néerlandais par le président du Marib, le syndicaliste Jacques Ayadji lors d’une cérémonie de transmission qui a eu lieu à l’Ambassade du royaume des Pays-Bas à Cotonou. 

Cette pétition, à en croire le président du Marib, est destinée au Gouvernement et au Parlement néerlandais. Elle est le moyen de pression trouvé par le Marib pour amener le gouvernement béninois à satisfaire aux conditions posées par la partie néerlandaise pour une éventuelle reprise de la coopération entre le royaume des Pays-Bas et le Bénin. Par ailleurs, le président Ayadji a  assuré que copie de cette pétition sera aussi transmise au Parlement béninois.

Après avoir reçu la pétition, l’Ambassadeur Jos Van Aggelen, s’est engagé à la transmettre à son gouvernement.

Précisons que pour cette transmission de pétition, le président Jacques Ayadji du Marib avait à ses côtés Séraphin Agbahoungbata, assistant juridique du Mouvement et un certain nombre d’acteurs de la société civile au nombre desquels, Martin Assogba, président de l’Ong Alcrer et Gustave Assah, coordonnateur de Social  Watch Bénin.