La Nouvelle Tribune

Bénin : les Fcbe amorcent le déclin

Espace membre

Depuis 2007 qu’elles ont été créées, les Fcbe ont engrangé victoire sur victoire à plusieurs joutes électorales. Mais l’échec du mardi dernier pour le contrôle du perchoir de l’Assemblée nationale, bien que prévisible,  annonce le déclin de cette nébuleuse politique qui règne sur l’échiquier politique nationale depuis sa création. 

L’Aube nouvelle entonnée le mercredi au petit matin par les députés de l’opposition, dans l’hémicycle juste après l’élection de Me Adrien Houngbédji comme président de l’Assemblée nationale pourrait bien être le requiem des Fcbe. Quelques minutes après, lors de l’élection du vice- président en la personne d’Eric Houndeté, les choses ont commencé à tourner en défaveur des Fcbe. Parti de 41, le nombre de vote favorable aux Fcbe est venu juste après à 39. Ceci n’est pas un signe anodin. Si en dépit de la pression et des promesses du Chef de l’Etat, des millions distribués pour corrompre, on en vient à cet abandon c’est la preuve que les choses quittent les Fcbe. Cette tendance risque de ne pas être inversée d’ici 2016. Les perspectives ne s’annoncent pas pour les Fcbe sur de bons augures. Déjà pour les communales du mois prochain, il faudra s’attendre à une débâcle. Hormis les communes de l’Alibori, du Borgou, de l’Atacora et des Collines, les Fcbe devraient perdre logiquement toutes les autres si on s’en tient aux résultats des dernières élections législatives.

Elles devront être rattrapées par la recomposition de la classe politique, qui se déroule de façon partielle, à un cycle de dix ans, chaque fois, que le Bénin amorce une alternance politique. Souvent, cette recomposition  déplume le parti au pouvoir qui est abandonné par les hommes politiques au détriment de nouveaux partis plus proches de la nouvelle majorité présidentielle à venir. Sous Yayi, la ruée vers les autres partis serait très forte, au regard des difficultés vécues par les hommes politiques au temps du président Yayi et du très mauvais bilan présenté par ce régime. Les rares personnes qui devraient traîner un peu les pas avant de faire leurs mues sont les personnes citées ou soupçonnées dans les nombreux dossiers de prévarication qui ont gangrené le régime. Ceux- là devraient attendre le départ définitif de Yayi pour opérer leur transhumance. Pour le reste, le chemin est ouvert. Le déclin sera définitif avec une disparition plausible des Fcbe si elles ne remportaient pas la présidentielle de 2016. Une équation difficile lorsqu’on sait que cette nébuleuse a perdu tous ses alliés politiques. Cet isolement devrait continuer si on tient compte de la tendance actuelle. Malgré les propositions mirobolantes faites ça et là, seules l’alliance Eclaireur et l’Ub ont accepté  de faire encore chemin avec les Fcbe. D’ici 2016, ces deux partis satellites peuvent bien leur tourner le dos. Dans ces conditions, les Fcbe qui ne peuvent pas gagner seules le pouvoir d’Etat devront mettre une croix sur leur ambition de continuer à être au pouvoir après 2016 surtout que les forces politiques de l’opposition et une grande majorité des populations ont fait de la disparition des Fcbe un défi pour l’avenir du Bénin.