La Nouvelle Tribune

Baptême du feu pour certains députés de la 7è législature

Espace membre

A 72 heures de l’installation officielle des députés de la 7è législature, le secrétariat général administratif de l’Assemblée nationale en collaboration avec le bureau sortant ont mis en place toutes les dispositions pour accueillir les députés de la 7è législature.

A cet effet, ils ont été invités officiellement à retirer leurs attributs de députés dans le cadre des préparatifs de leur installation officielle prévue au palais des gouverneurs demain à Porto-Novo. Ces attributs sont constitués d’échappe, d’insignes distinctifs, de cocardes et autres. Pour certains députés, c’est leur baptême de feu et ils se disent très honorés de fouler pour la première fois le sol de l’institution parlementaire. Par contre, pour d’autres, ce sont des habitués de l’Assemblée nationale et ils se réjouissent d’avoir mené une fois de plus ce combat pour se retrouver à nouveau au parlement.

Les premières impressions de quelques députés

Wallis A. Zoumarou (Abt): « Le fait que je sois à l’Assemblée nationale aujourd’hui n’est pas quelque chose de nouveau, c’est ma maison ici et j’ai été élu malgré quelques cas de tricheries et de taquineries. En ce qui concerne ma vision pour cette législature, moi j’ai toujours été contre les facilités, ce qui n’est pas légal, les magouilles ; désormais nous sommes là pour que les choses redeviennent normales  et évacuer les nids de bandits et autres ».

Koussonda Adjibadé Moukaram (Un)  : « je suis venu ce jour à l’Assemblée nationale dans le cadre du retrait de mes attributs de député à savoir l’écharpe, les insignes distinctifs, les cocardes et autres et c’est pour l’installation officielle des députés de la 7è législature. Pour moi, il n’y a pas de changement puisque j’ai fait la 3è et 4è législature et bientôt je ferai la 7è, je suis de la maison et je connais bien la maison. Je pense que cette législature sera une législature apaisée quand même et nous allons mettre le consensus et l’intérêt supérieur de la nation au prime abord sur diverses questions que nous allons débattre à l’hémicycle. Nous allons voter des lois qui vont faire avancer la République ».

Michel Bahou (Prd): « C’est une grande joie qui m’anime et d’ailleurs j’ai l’habitude d’accompagner des amis politiques ici. Cette fois-ci le président du Prd m’a fait appel et vous savez dans ma circonscription électorale, sur trois sièges, nous avons eu trois ».

Gérard Gbénonci (Un) : « beaucoup d’émotions et c’est avec bonheur que je foule le sol du palais des gouverneurs. L’environnement ne m’est pas trop étranger parce que j’étais dans l’action politique, j’ai été depuis un certain nombre d’années suppléant du président Emmanuel Golou. Notre combat sera un combat pour la bonne gouvernance du Bénin afin qu’il soit un pays dont on redore le blason de la démocratie, le label de démocratie que nous étions qui, depuis ces dernières années est mis à rude épreuve. Nous devions lutter pour que ce blason soit redoré.»

Parfait Houangni ( Un): « les députés de la 7è législature sont des députés dignes du nom parce que ce n’était pas gagné d’avance, parce que c’est une lutte sans merci et véritable combat de gladiateur. Lorsque j’étais sorti de ma première formation politique, tout le monde disait que je ne reviendrais plus jamais ici. Me connaissant dans ma circonscription électorale, je savais que j’allais revenir sain et sauf. Remercions le seigneur pour toute sa grâce. Durant les quatre années à faire ensemble, vous allez découvrir l’homme qui est Houangni ».

Robert Gbian (Soleil): « visiblement je suis très ému car c’est la première fois que je foule le sol du parlement en tant qu’élu de la nation. Je sens déjà en moi le poids de la responsabilité. Contrairement à ce que certains pensent, je trouve que l’alliance Soleil a fait une très belle performance si vous savez dans quelles conditions les élections se sont déroulées. Vous savez les élections législatives se déroulent par localités, l’alliance Soleil vient de se créer et c’est une jeune alliance de partis et je ne suis pas allé en tant que président de l’alliance Soleil mais en tant que simple individu. Un député est un élu de la nation mais aucun député ne peut le dire si ce n’est pas sa circonscription électorale qui l’a élu ».

Propos recueillis par Ismail Kèko