La Nouvelle Tribune

Gestion de Nago

Espace membre

Le président Tidjani SerposDe fortes pressions sur le président Tidjani Serpos
Les membres de la commission d’enquête chargée de contrôler les activités et la gestion du président de l’Assemblée nationale subiraient depuis peu de fortes pressions de la part de l’entourage du pouvoir. Ce qui serait à la base du relâchement observé depuis quelques temps à propos des activités de cette commission d’enquête.
{mosgoogle}

La commission d’enquête mise sur pieds il y a quelques semaines à l’Assemblée nationale pour contrôler les activités et la gestion du président Mathurin Nago n’a pas encore déposé son rapport alors que les travaux piétinent déjà en son sein. Le président de cette commission d’enquête l’honorable Ismaël Tidjani Serpos serait confronté depuis quelques temps à de fortes pressions, ainsi que les députés de l’opposition parlementaire constituant cette commission, afin de baisser les bras dans la lourde mission qui leur a été confiée par leurs collègues du G4, G13 et Force Clé. En effet, selon certaines indiscrétions proches de l’institution parlementaire, depuis la mise sur pieds de cette commission d’enquête, les choses piétineraient au palais des gouverneurs à Porto-novo. Au début de ses activités, le président Nago a soufflé le chaud et le froid puisque des documents lui auraient été demandés en plus de quelques questions qui lui auraient été aussi adressées afin de faire la lumière sur certaines zones d’ombre concernant sa gestion du parlement. A en croire les mêmes sources parlementaires, outre ce que les signataires lui reprochent, d’autres griefs ont été formulés par cette commission contre le président de l’Assemblée nationale. Mais la commission Serpos, au lieu de poursuivre convenablement sa mission, aurait dangereusement baissé les bras. On se demande en réalité les raisons de cette baisse de performance. Mais des informations recueillies près de certains députés ont révélé que les activités de cette commission ont lâché du leste pour la simple raison que le président Serpos qui préside cette commission aurait entrepris la semaine dernière un voyage de travail à l’étranger. Pour des sources d’avis contraire, ce serait les pressions reçues par le président Tidjani Serpos qui l’ont conduit à s’écarter quelque peu des activités de cette commission d’enquête. Par contre pour d’autres sources, ce serait pour des raisons des travaux budgétaires à l’Assemblée nationale que les activités piétinent au sein de cette commission d’enquête. Alors que la commission Serpos avait seulement un mois pour déposer son rapport. Quel sera à terme les conclusions de ce rapport Serpos? Le président Mathurin Nago sera t-il finalement placé au banc des accusés? On se rappelle que lors de la plénière ayant conduit à la mise sur pieds de cette commission d’enquête parlementaire, de houleux débats avaient été enregistrés entre députés Fcbe et leurs collègues de l’opposition parlementaire autour du contrôle de cette commission d’enquête parlementaire. Aujourd’hui, on s’interroge sur les réelles motivations des membres de cette commission d’enquête puisque, depuis quelques temps, des démarches auraient été orchestrées par l’entourage de Yayi afin de ramener la paix et la cohésion entre groupes politiques opposés. Actuellement, le chef de l’Etat pèserait de tout son poids pour que le dialogue national qui se prépare constitue un creuset où les groupes politiques antagonistes fumeront le calumet de la paix. Cette démarche ne déteint-elle pas sur les activités de la commission Serpos? Au moment où on parle de la paix nationale, on se demande si la commission présidée par le député Prd Ismaël Tidjani Serpos accouchera d’un rapport objectif qui reflète réellement la situation au parlement? Ce serait l’une des pressions subies par la commission Serpos pour éviter d’envenimer d’avantage la situation déjà très tendue au sein des parlementaires.

Ismail Kèko