La Nouvelle Tribune

Menaces de sanction au Madep

Espace membre

François Abiola et Kint Aguiar sur la sellette
Après les déclarations de Séfou Fagbohoun à Bohicon, les ministres François Abiola et Kint Aguiar sont désormais dans leurs petits souliers Aux côtés du chef de l’Etat comme sur le terrain, ils sont en mauvaise posture.

Les ministres François Abiola et Kint Aguiar doivent commencer par se faire des soucis au gouvernement, après les déclarations du président du Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep), Séfou Fagbohoun, lors du séminaire des G4, G13 et Force-clé à Bohicon. C’était l’occasion pour le peuple béninois de découvrir que ces membres n’avaient reçu ni  l’accord de leur formation politique, ni celui de leur président pour aller au gouvernement, contrairement à ce qu’ils ont fait croire à l’opinion publique au cours de leur cérémonie de passation de service. Blessé dans son amour propre, M. Fagbohoun crie à la trahison et promet des sanctions à l’encontre de ces deux membres de son parti qu’il qualifie de kamikazes. Autrement dit, François Abiola et Kint Aguiar risquent d’être chassés du Madep qu’ils croient représenter aux côtés du président Boni Yayi.
{mosgoogle}
Par cette déclaration, Séfou Fagbohoun a donné la position de son parti face au régime du président Yayi. Cela ne restera pas sans conséquence sur l’avenir des personnes incriminées. La première est que l’objectif du chef de l’Etat n’a pas été pas atteint. En nommant MM. Aguiar et Abiola au gouvernement, le président de la République avait besoin du Madep pour renforcer ses bases sur le terrain politique et casser le G4 composé du Madep, du Prd de Me Adrien Houngbédji, du Psd de Bruno Amoussou et de la Rb de Nicéphore Soglo. Donc politiquement parlant, ces deux ministres n’apportent pratiquement rien au pouvoir. D’ailleurs au sein des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), on parle du gaspillage de deux portefeuilles ministériels par le président Yayi, alors qu’il y a à la salle d’attente d’autres barons de la mouvance qui ont des bases électorales solides sur le terrain. Dès lors, se débarrasser de ces deux membres du gouvernement n’aura aucune conséquence néfaste pour le chef de l’Etat, surtout que ceux dont il s’agit n’ont pas de poids électoral.

Abiola mal conseillé
Entre les deux, c’est le cas du ministre François Abiola qui est pitoyable, puisqu’il était au moins député à l’Assemblée nationale, même si après il a perdu sa base. Pourquoi ? Si tant est qu’il voulait travailler réellement pour le chef de l’Etat, il devrait choisir de rester au Parlement pour renforcer les Fcbe. Pour preuve, son suppléant est un inconditionnel de Kolawolé Idji. Dans ces conditions, il allait négocier l’entrée au gouvernement de l’un de ses proches. Comme aller à l’exécutif est un paradis pour certains hommes politiques, les mauvais conseillers l’ont poussé dans le gouffre croyant qu’ils lui faisaient du bien. Aujourd’hui, les conséquences sont là. D’abord, il sera exclu du Madep pour non observance de la discipline du groupe. Cet état de choses fera soulever les militants de son parti contre lui à Sakété. Ces derniers l’accusent déjà de trahison et menacent de le sanctionner, alors qu’il avait des ennuis politiques avec le camp de Raliou Arinloyé et de Rafiatou Karamou qui contrôle le terrain à Sakété. Ce qui fait que François Abiola est en train d’être isolé à Sakété. Dans ces conditions, le chef de l’Etat tirera quoi de lui politiquement pour les élections de 2011 ? Pratiquement rien. Certainement, il y aura de l’étincelle dans l’air dans les jours à venir.

Jules Yaovi MAOUSSI

{mosgoogle}