La Nouvelle Tribune

Bénin : calme précaire à Cotonou après les échauffourées de ce lundi

Espace membre

A Cotonou règne un calme précaire ce mardi 05 mai 2015, au lendemain des soulèvements de la population suite à la tentative d’arrestation de l’honorable Candide Armand-Marie Azannaï par des éléments des forces de sécurité publique. La vie semble en effet avoir repris son cours normal.

Les habitants de la ville de Cotonou vaquent à leurs occupations. Les nombreux commerces qui avaient fermé dans l’après-midi d’hier suite à la tension créée par les soulèvements ont réouvert leurs portes. Les apprenants vont normalement au cours. C’est à croire que tout a repris dans la ville capitale économique après les violences qui ont fait hier, lundi 04 mai 2015 de nombreux dégâts matériels et des blessés.Mais en dépit de cette reprise des activités, on est tenté de dire que le feu est toujours sur la cendre. En effet, le calme qui règne à Cotonou est précaire. Dans la rue, la forte présence des hommes en uniforme témoigne de la précarité de la situation actuelle. Le quartier de Cadjèhoun dans le 12ème arrondissement où habite le président de la république est actuellement quadrillé par les éléments de la garde républicaine et de la police nationale. La voie qui passe devant le domicile du chef de l’Etat est coupée à la circulation. Et ce, depuis le levé du jour sur la ville. Des sources concordantes, on apprend que des habitants menacent de descendre à nouveau dans les rues si cette voie très utilisée n’est pas remise à la circulation dans un bref délai.

Sur la voie carrefour Sica Toyota-stade de l’Amitié, les traces de pneus brûlés et autres débris sont perceptibles. Le camion-citerne de la compagnie des sapeurs-pompiers incendié par les sympathisants du député Candide Azannaï est toujours stationné sur la voie inter-états Cotonou-Bohicon. Les débris de pneus, de vitres cassés et autres sont également visibles au quartier Zogbo où les soulèvements ont débuté. Mais, précisons-le, le calme y est également revenu.