La Nouvelle Tribune

Me Joseph Djogbénou : «Azannaï ne répondra pas d’une convocation irrégulièrement adressée»

Espace membre

Hier, en début de soirée, l’Union fait la Nation (Un) est montée au créneau pour donner sa position sur l’affaire Azannaï. Cette affaire de supposées convocation et d’arrestation du député Candide Azannaï, qui a mis Cotonou en ébullition.

Les responsables de la plus grande alliances politique de l’opposition étaient pour la circonstance flaqués de Me Joseph Djogbénou, membre du collège d’avocats qui s’est constitué pour défendre le président du parti Restaurer l’Espoir. «Azannaï ne répondra pas à une convocation irrégulièrement adressée », a martelé le professeur agrégé de droit privé.  Il explique que Candide Azannaï est un élu du peuple et la convocation d’un député obéit à une procédure qui spécifique qui n’est pas respectée dans le cas actuel. « Le bureau de l’Assemblée Nationale n’est même pas informée alors qu’il (Azannaï, Ndlr) un député en fonction», a déploré le célèbre avocat du barreau du Bénin; élu député aux législatives du 26 avril sur la liste Un. Tout comme Azannaï dont il était le colistier. 

Cependant, quelques heures après la conférence de presse de l’Union fait la Nation, des informations nous sont parvenues sur une probable évolution de la situation. Elles faisaient état de ce que, suite à un accord entre le procureur et ses avocats, Candide Azannaï devrait se présenter au tribunal ce mardi 5 mai, dans l’après-midi. « Faux ! Il n y’a aucun accord entre les avocats de Candide Azannaï et le procureur de la République», a rétorqué Me Djogbénou joint par téléphone. Il réaffirme que, la procédure étant irrégulière, seuls les avocats du député se rendront à la compagnie de gendarmerie cet après-midi. Se sont, entre autres, lui Me Joseph Djogbénou, Me Yaya Pognon et Me Severin Quenum

Les responsables de l’UN dénoncent une tentative d’enlèvement

Les responsables de l’Union fait la Nation (UN) se sont fendu, dans la soirée d’hier au siège du parti, d’un point de presse pour expliquer la situation. Idji Kolawolé, Joseph Djogbénou, Jude Lodjou et Lazare Sèhouéto ont dénoncé la procédure de notification de la convocation à l’Honorable Candide Azannaï et fustigé l'attitude des