La Nouvelle Tribune

Législatives 2015 : Plus de votants que d’inscrits dans 4 arrondissements

Espace membre

C’est un fait. Les élections législatives du 26 avril dernier, organisées dans un climat d’incertitude, se sont déroulées dans un total cafouillage, notamment dans l’organisation même du scrutin. Ouverture de bureaux de vote en retard, confusion entre cachets d’authentification de bulletin de vote et bureau de vote sont entre autre, les irrégularités constatées sur le terrain le jour du scrutin et relevées par les observateurs nationaux et internationaux. Mais la plus grande irrégularité enregistrée lors de ces élections vient d’être rendue publique ce vendredi 1er mai 2015 par la Commission électorale nationale autonome (Céna).

 Lors de la publication des grandes tendances du scrutin du dimanche dernier, le président de la Céna, Emmanuel Tiando, a fait observer que les procès verbaux de certains arrondissements n’ont pu être dépouillés par les agents de la Céna. Cela pour la simple raison que dans ces arrondissements, le nombre de votants était supérieur à celui des inscrits sur la liste électorale pour le compte de ces arrondissements.  Les arrondissements dans lesquels ce constat a été fait sont au nombre de quatre (04) a indiqué le président de la Céna. Il s'agit des arrondissements de Godomey et Zê dans la 6ème circonscription électorale, de l'arrondissement d'Ifangni dans la 21ème circonscription et l'arrondissement de Béroubouay dans la 7ème circonscription.

Qu’est ce qui est à l’origine de ces anomalies notées ? Est-ce des bourrages d’urnes ? Est-ce la participation de personnes non inscrites sur la liste électorale au scrutin ou simplement des étrangers ? On ne saurait le dire. Mais, ce qu’on sait par le biais du président de la Céna, c’est que les voix de ces quatre (04) arrondissements n’ont pas été prises en compte dans le décompte final.