La Nouvelle Tribune

Législatives 2015 : Boni Yayi veut un parlement complice

Espace membre

Après avoir rempli son devoir civique ce dimanche 26 avril 2015, jour de vote pour le renouvellement du parlement béninois, le président Boni Yayi a émis un vœu à tout le moins scandaleux. Il a souhaité avoir des institutions complices à l’issue de ce vote. 

« Mes chers compatriotes, écoutez mon cri de cœur, mon Sos. La démocratie qui vous sert est celle-là qui tient compte de votre intérêt général. Ce qui suppose des institutions complices, chacune dans sa mission républicaine. Des institutions complices qui travaillent ensemble, en harmonie, pour servir votre intérêt général. Pas des institutions conflictuelles. Chers compatriotes, pas d’institutions conflictuelles. Je vous le demande avec beaucoup de respect, beaucoup d’amour, beaucoup d’amitié » a déclaré le président Yayi à l’Ecole maternelle Cadjèhoun 1 où il a voté.

En dépit des explications secondaires que le président a donné, il apparaît que son désir serait d’avoir un parlement qui sera de connivence avec l’exécutif qu’il représente. Ce qui une fois encore donne un droit légitime aux Béninois de douter de sa bonne quand, au même moment et au même endroit, il déclare « je ne suis pas candidat, vous le savez bien. Et je ne serai candidat en rien. Mon nom ne figura plus dans aucun bulletin dans l’avenir ». Aussi faut-il souligner que la constitution béninoise a prédéfini les prérogatives de chacun des trois pouvoirs à savoir l’exécutif, le législatif et le judiciaire qui depuis 25 ans, s’y tiennent.