La Nouvelle Tribune

Législatives au Bénin : Impressions de quelques personnalités

Espace membre

Léhady Soglo: Ça fait 25 ans que nous organisons de telles élections. Il y a encore des ratés notamment, jusqu’à l’heure où nous parlons, ça n’a pas encore démarré. Je voudrais lancer un appel à la Cena pour que tous nos compatriotes puissent voter dans les meilleures conditions.

Ensuite, dire aux Béninois, aux Cotonois, de garder leur calme, la patience, ils sont notre fierté, nous avons pour eux beaucoup d’admiration parce que eux, ils savent ce qui doit être fait et comment ça doit être fait. Je ne peux que souhaiter que le scrutin soit transparent et fiable, et que chacun puisse aller voter, exprimer son point de vue.

Adrien Ahanhanzo-Glèlè : C’est un privilège. Il y a des gens qui veulent faire ça dans leur pays. C’est un privilège pour nous de pouvoir décider, choisir ceux qui vont dire en notre nom, c’est donc un privilège.

Gaston Zosou : Je me réjouis de l’occasion qui est donnée au citoyen de décider par qui il sera dirigé. C’est une opportunité précieuse dont il faut se saisir et dont il faut faire le meilleur usage possible. Je note par ailleurs que le vote se passe de façon tranquille dans une belle ambiance de convivialité. C’est heureux, c’est à l’honneur de notre pays, c’est à l’honneur des enfants de ce pays.

Michel Missikpodé (centre de vote Epp de Gbégodo dans l’arrondissement d’Avrankou-Centre) : « je suis parti voter autour de 15 heures. J’ai de très bonnes impressions car aujourd’hui c’est un jour de fête. En principe il ne devrait pas y avoir des grincements de dents. Nous avons constaté également des irrégularités à Avrankou-Sèdjè dans la commune d’Avrankou causées par des jeunes qui détenaient par devers eux plusieurs cartes d’électeurs. Dieu merci, on n’a pu appréhender quelqu’un qui croupit derrière les barreaux à la brigade de gendarmerie d’Avrankou. Il y d’autres qui ont sur eux beaucoup de cartes dans le village de Gbaglaganfan dans l’arrondissement de Kouty, qui se sont déplacés pour aller vers un autre arrondissement. Parmi eux, quelqu’un a été arrêté et convoyé aussi vers la brigade de gendarmerie de la localité. Je demande à la population d’être serein car la vérité va triompher ».

Maire d’Avrankou, Georges Nounagnon : (centre de vote Ecole centre de Gbétchou dans l’arrondissement de Djomon) : « Vous savez tout ce qui s’est passé dans notre pays. Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous venons de franchir un grand pas et que nous ne sommes pas arrivés au chaos. Aussi, nous observons dans l’ensemble, la sérénité, le calme, l’enthousiasme remarqué au sein des populations qui sont sortis massivement, preuve que les opérations se déroulent dans le calme. Nous n’avons pas noté d’incidents majeurs en dehors de quelques incidents mineurs enregistrés ça et là, mais qui n’ont pas entachés la crédibilité du vote. Tout se passe très bien ».

Honorable Edmond Zinsou : « Le scrutin a démarré tôt et à l’heure dans presque tous les centres de vote d’Adjarra. Il y a beaucoup d’enthousiasme, les agents de bureau de vote et le matériel en place. La seule difficulté enregistrée est que beaucoup de gens n’ont pas retrouvés leur carte d’électeurs. Il y en a qui continuent de chercher. Il y a des cartes qui sont retrouvées dans d’autres communes. On se demande comment ces gens vont voter dans ces communes. Il y a également le vote par dérogation et par procuration, à ce niveau là rien n’est clair puisque les fiches destinées à cela ne sont pas disponibles. A certains endroits, il y a également des problèmes liés au matériel sensible qui vraiment négligeables. Donc, d’ici ce soir les résultats vont certainement tomber ».

Honorable Sofiath Schanou: « Nous pouvons constater qu’il n’y a pas une forte affluence. Je suis arrivée presque à la mi-journée. Dans l’ensemble, les populations ont voté dans la sérénité et sans heurt. Mais l’autre chose que nous avons constaté dans la ville c’est qu’au niveau de certains arrondissements, ils ont continué par distribuer les cartes d’électeurs ce matin et le hic c’est qu’au niveau de Attakè dans le 2è arrondissement, on n’a surpr un individu avec une dizaine de cartes d’électeur et dans tout le lot, aucune carte ne lui appartient. Je peux qualifier ça d’ouverture à la fraude qui se prépare dans la ville de Porto-Novo, c’est dommage. Aussi, dans le 5è arrondissement de la ville, plus précisément à Tokpota, des gens ont voté mais ils n’ont pas mis l’encre sur leur pouce, ça veut dire que ceux-là peuvent voter à nouveau. J’appelle tout le peuple à témoin. Il faut qu’on arrête la distribution de ces cartes d’électeur parce que ça n’a aucun sens. Je ferai un recours à la Cour constitutionnelle pour dénoncer toutes ces irrégularités constatées et ne soyez pas surpris ».

Me Adrien Houngbédji (centre de vote place publique d’Adjina dans le 3è arrondissement de Porto-Novo) : « Je constate une fois de plus que dans ce bureau de vote, comme généralement dans la ville de Porto-Novo, les opérations se déroulent dans l’ordre, dans la discipline et la paix. Je voudrais profiter pour féliciter tout le peuple béninois. C’est grâce à sa vigilance, sa détermination que ces élections ont lieu aujourd’hui. Je voudrais également profiter de cette occasion pour féliciter les institutions qui ont activement rendu possible cette élection, notamment l’Assemblée nationale qui nous a voté une loi électorale excellente. Je voudrais féliciter le Cos-Lépi qui nous a donné une liste électorale permanente informatisée (lépi) fiable parce qu’il y a cinq ans de cela, malgré 42 milliards injectés, nous n’avons pu jamais voir la lépi… Nous avons déjà des échos comme quoi à certains endroits, les mêmes, toujours les mêmes, continuent de faire de la violence, continuent de faire des provocations. La campagne était terminée depuis vendredi soir, mais à quelques centaines de mètres de moi ici, hier encore à 15 heures, le président Yayi Boni était encore en campagne inaugurant soit disant inaugurant un hôpital pour lequel il n’y a ni financement, ni budgétisation, mais c’est de la campagne électorale pure et simple. C’est de la provocation. Nous avons été sollicité, je dois le dire, par nos militants, nos électeurs, pour aller en masse à l’endroit où se faisait cette pseudo-pose de première pour qu’à son départ, ils puissent le huer. Je leur ai dit non, n’en faite rien, restez chez vous car c’est de la provocation et de toute façon, ne répondez pas à cette provocation là. Notre réponse, c’est dans les urnes que vous allez montrer que vous êtes des citoyens responsables. Je vous remercie ».

Honorable Yibatou Sani Glèlè : (centre de vote de Ilé-Fiè dans 1er arrondissement) : « je rends grâce à Dieu de m’avoir réveillée en pleine forme malgré tout ce que nous avons fait et j’espère que les résultats seront à l’attente de tout ce qu’on n’a fait et que la démocratie sera sauvée. C’est sûr qu’il y aura des irrégularités à signaler, mais nous avons nos jeunes un peu partout qui suivent pas à pas tout ce qui se fait. Il faut dire que des irrégularités insignifiantes ont été déjà relevé mais qui n’entache pas la crédibilité du vote puisque cela se gère au fur et à mesure sur le terrain et avec la Cena qui donnent des directives. Mais s’il y a des éléments plus importants qui signalent des fraudes, alors là, on va crier haut et fort pour dénoncer tout ce qui se passe ».