La Nouvelle Tribune

L’alliance Fdu attire l’attention sur un plan de fraudes en préparation au Bénin

Espace membre

Le processus devant conduire dimanche 26 avril prochain est maculé de graves irrégularités susceptibles d’entacher la crédibilité du scrutin. Pour donc attirer l’attention sur ces irrégularités et autres machination en cours, l’alliance des Forces démocratiques unies (Fdu) a animé un point de presse hier, jeudi 23 avril 2015, un point de presse.

Dans la déclaration lue par le Professeur Mahougnon Kakpo  lors de ce point de presse qui a lieu au Codiam à Cotonou, l’alliance FDU du Professeur Mathurin Nago a relevé des cas de violation du code électorale par certaines alliances en lice notamment l’alliance au pouvoir. Elle a également alerté sur la mise en œuvre d’un plan machiavélique visant à truquer les résultats des urnes et appelle les institutions impliquées dans l’organisation des élections à la vigilance. Lisez, ci-dessous, l’intégralité de la déclaration.

DECLARATION DE FORCES DEMOCRATIQUES UNIES (FDU) AU SUJET DES ELECTIONS LEGISLATIVES  D'AVRIL 2015

Béninoises,

Béninois,

Le peuple béninois tout entier a exprimé un soulagement, lorsque le 09 janvier 2015, prenant sa toute première décision de l'année 2015, la Cour Constitutionnelle a fixé la date des élections législatives d'une part et celle des communales, municipales et locales d'autre part, respectivement au 26 avril et au 31 mai 2015. En effet, la non organisation, depuis 2013, des élections communales, municipales et locales ainsi que la difficile mise en œuvre du processus de correction de la Liste Electorale Permanente Informatisée (LEPI), à cause du refus évident de collaboration franche du Gouvernement au sujet du financement des opérations prévues sur le budget des opérations de cette correction, nous conduisaient droit dans l'impasse. A défaut de mieux, la plupart des forces démocratiques ont salué cette décision, espérant qu'enfin le Gouvernement sache désormais prendre la juste mesure de ses responsabilités dans l'organisation des prochaines élections.

Si, pris de panique, le Gouvernement a octroyé une partie du budget au COS-LEPI pour lui permettre de poursuivre la correction de la liste électorale, il n'a pas baissé les bras dans sa logique de mettre en péril la démocratie béninoise en usant de manœuvres visant à éviter l'organisation des élections et permettre ainsi au Président de la République de s'éterniser au pouvoir. C'est le sens qu'il convient de donner à la dernière crise que le Gouvernement a ouverte avec le COS-LEPI, en refusant de lui mettre à disposition les fonds nécessaires à la fabrication et à la distribution des cartes d'électeurs alors même que la campagne électorale pour les législatives bat son plein depuis le 10 avril 2015, conformément au calendrier rendu public par la Commission Electorale Nationales Autonomes (CENA). Les partis politiques et alliances de partis politiques patriotes ont dû monter au créneau pour dénoncer cette machination et appeler les populations à la mobilisation et à la vigilance avant que la Cour Constitutionnelle n'enjoigne au Gouvernement de débloquer les fonds requis pour achever la fabrication des cartes d'électeurs et assurer leur distribution. Nous osons croire, par avance, à l'impartialité et aux diligences que le Centre National de Traitement (CNT)saura mettre en œuvre en vue de la distribution effective desdites cartes ainsi que la prise en compte des citoyens n'ayant plus retrouver leurs noms sur la liste.

Cependant, notre engagement à la vigilance reste total. Aussi voudrions-nous une fois encore appeler l'opinion nationale et internationale à témoin pour constater la persistance outrageante du Gouvernement de Boni YAYI et des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) dans la violation obstinée des lois et autres textes régissant l'organisation des élections dans notre pays. Ainsi, les candidats FCBE placardent leurs affiches de propagande de façon sauvage dans nos villes et campagnes au mépris de l'article 50 du Code électoral qui stipule: « Pendant la période électorale, dans chaque commune, le maire en accord avec la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA), indique par arrêté:

-les lieux exclusivement destinés à recevoir les affiches et les lois se rapportant aux élections ;

-les emplacements spéciaux réservés pour l'apposition des affiches électorales.

Tout affichage relatif à l'élection est interdit en dehors de ces emplacements spéciaux ... ».

Par ailleurs, des membres du Gouvernement, candidats aux élections législatives, se permettent de médiatiser des activités qu'ils mènent es-qualité en violation flagrante de la décision n° 15-09 du n° 15-019/HAAC du 25 mars 2015 portant règlementation de la campagne médiatique pour les élections législatives du 26 avril 2015, en son article 8 qui prévoit que, pendant la période de campagne électorale, « les membres du Gouvernement ou les membres d'Institutions de la République, candidats aux élections législatives», agissant es-qualité, sont exclus du bénéfice de l'accès aux médias de service public.

Et comme si cela ne suffisait pas, le Chef de l'Etat, avec la complicité active de multinationales européennes, des « magiciens » pour reprendre ses termes, mène des activités de campagne électorale à travers des poses de premières pierres improvisées, l'annonce mensongère de projets capables d'engendrer de manière miraculeuse le développement de notre pays, des nominations et promesses de nominations à caractère électoraliste, des affectations punitives ou des limogeages de cadres ne partageant pas la vision des FCBE. Par ailleurs, des militants FCBE mènent leur campagne électorale en distribuant des motos, des téléphones portables, des sacs de maïs ou de riz aux populations, etc.

Le plus préoccupant reste un plan machiavélique que préparent le pouvoir et ses thuriféraires afin d'orchestrer des fraudes et une falsification des votes pour susciter l'invalidation massive, par la Cour Constitutionnelle, de suffrages obtenus par les candidats des partis et alliances de partis politiques patriotes. Par exemple, dans les postes de vote qui pourraient leur être défavorables, il est planifié le pré-estampillage des bulletins de vote ou même des spécimens du bulletin unique à déposer dans les urnes, le vote sur plusieurs bulletins, l'introduction des affichettes des partis adverses dans les postes de votes, le refus de leurs représentants et délégués de signer les procès-verbaux de dépouillement, le retrait, la confiscation ou l'achat des cartes des électeurs afin de les empêcher de voter, le port de tee-shirts ou de casquettes au logo du parti adverse, etc., tous actes susceptibles de faire invalider le scrutin dans les postes de vote concernés.

Tirant leçons des dernières élections dans notre pays, nous en appelons, d'une part, à toutes les Institutions de notre pays, notamment celles directement impliquées dans l'organisation et la gestion des élections, à savoir la Cour Constitutionnelle et la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA) et, d'autre part, aux forces démocratiques, à toutes les citoyennes et à tous les citoyens pour qu'ils se mobilisent, redoublent de vigilance et renforcent la riposte massive pour barrer la voie à l'imposture afin d'ouvrir le boulevard de la paix dans notre pays à travers l'organisation d'élections transparentes et justes, reflétant les aspirations du peuple et la vérité des urnes.

Vive ta Démocratie!

Vive le Bénin!

Nous vous remercions.