La Nouvelle Tribune

Bénin : gigantesques marches de l’opposition à Cotonou et Parakou ce vendredi

Espace membre

Après une rencontre au Cos-Lépi hier, réunies en toute urgence au siège de l’Union fait la nation (Un), l’ alliance Soleil, Abt, Rb-Rp, le Réseau Atao, le Prd, ont annoncé qu’en accord avec  toutes les autres forces politiques de l’opposition,  l’organisation vendredi prochain, de gigantesques marches à Cotonou et Parakou dans les deux grandes villes du Nord et du Sud du Bénin pour réclamer  les cartes d’électeurs  si la distribution annoncée par le gouvernement n’est pas  effective demain jeudi 16 avril. 

La non distribution à temps des cartes d’électeur  pour la tenue effective des législatives qui sont censées se tenir dans une dizaine de jours a fini par sortir toute l’opposition politique béninoise de ses gonds. L’Union fait la Nation, les alliances Soleil, Abt, Rb-Rp, le Réseau Atao, le Prd et toutes les autres forces politiques de l’opposition descendent dans les rues de    Cotonou et Parakou, les deux grandes villes du Sud et du Nord, ce vendredi pour réclamer la distribution des cartes d’électeur et le respect strict du calendrier électoral imposé par la Cour constitutionnelle. L’annonce de ces deux descentes musclées pour la même journée de vendredi a été faite mardi après-midi, au siège de l’Un à Cotonou où étaient réunis plusieurs responsables des partis et alliances politiques de l’opposition. «Nous sommes un certain nombre de partis,  tous les partis moins  les Fcbe et ses chevaux de Troie, nous   nous sommes concertés et nous avons pris la décision capitale de marcher pour obliger le gouvernement à l’organisation des élections à bonne date» a déclaré Lazare Sèhoueto de l’Un à l’ouverture de la conférence de presse. Si la distribution des  cartes d’électeurs ne commence pas jeudi, a-t-il précisé,  les forces politiques de l’opposition se sont entendues pour appeler le peuple à prendre la rue vendredi pour dire non à l’imposture.

«Mensonge d’Etat»

Si les forces politiques de l’opposition en sont venues à cette décision hardie, ce n’est pas sur un coup de tête. Ils disent avoir découvert un «mensonge d’Etat». Alors que le ministre des finances Komi Koutché a déclaré sur la télévision nationale que  des ressources ont été mises à disposition du Cos-Lépi pour les dépenses urgentes, s’étant rendu au siège de cette institution, explique Lazare Sèhoueto, «nous  nous sommes rendues compte qu’aucune disposition n’a encore été prise» et  le Cos-Lépi dit n’avoir encore les moyens et  toutes les cartes qui doivent aller à l’intérieur du pays sont encore à Cotonou. Il s’agit selon l’opposition d’« un double langage du pouvoir» assimilable à «un faux d’Etat, un mensonge d’Etat, une manipulation pure et simple».

«Un nouveau complot en cours»

Au-delà d’un simple problème de financement comme le pouvoir s’attèle à le faire gober, selon les partis politiques de l’opposition « un nouveau complot est en cours ». Ce Complot a expliqué l’honorable Sèhoueto, consiste à affaiblir financièrement les partis de l’opposition par des manœuvres pour proroger la campagne avant que l’alliance au pouvoir ne s’y lance avec les moyens de l’Etat comme c’est le cas avec le chef de l’Etat et ses ministres candidats aux élections. « Comme en 2007, ils veulent que les forces politiques qui ne sont pas au pouvoir s’épuisent dans les campagnes » a-t-il lancé. L’Inquiétude des opposants, c’est également par rapport à la présidentielle de 2016, ils se demandent si à 11 mois de cette échéance cruciale pour la démocratie au Bénin, on assiste à ce qui se passe actuellement qu’en sera-t-il ? Le moment est donc venu assurent-ils que le peuple se lève pour dire non à ceux qui veulent mettre en péril  sa paix légendaire.