La Nouvelle Tribune

Législative 2015 : l’UN appelle à un vote responsable

Espace membre

Très attendus, les ténors de l’alliance électorale formée par l’Union fait la nation ‘’ Un ‘’et plusieurs autres forces politiques de l’opposition au régime du président Boni Yayi sont  sortis ce lundi 13 avril 2015 pour annoncer les couleurs dans le cadre des législatives du 26 Avril prochain.

Bruno Amoussou, Joseph Djogbénou, Idji Kolawolé, Candide Azannaï et plusieurs honorables députés candidats étaient présents à la Salle Toffa 1er d’Azalaï Hôtel où s’est tenue une conférence de presse dont l’objectif est de présenter les candidats de l’alliance et donner les raisons pour lesquelles il est impératif de voter pour eux. L’alliance dont le logos, une jarre trouée bouchée par des doigts de  plusieurs mains, symbolise l’Unité nationale, a-t-on pu constater présente des candidats connus des Béninois. En dehors de ceux sus cités, il y a également entre autres, les  députés Eric Houndé, Lazare Sèhouéto, Claudine Prudencio, Léon Basile Ahossi. A la tête de l’Union, le président Bruno Amoussou a appelé les Béninois à ne plus se tromper contrairement à l’habitude où après chaque élection, ils disent qu’ils se sont trompés ou qu’ils ont été trompés. Pas question aux dires de Bruno Amoussou de se faire prendre par des  révisionnistes qui ont conduit le pays dans la situation actuelle, déplorable.  « Il ne sera pas laissé à quelqu’un le choix de dire après, je ne savais » a-t-il lancé faisant savoir que c’est maintenant qu’il faut, dans les urnes punir ceux qui ont trompé les Béninois depuis leur arrivée en 2006  avec des slogans comme  « ça doit changer » et qui veulent s’éterniser au pouvoir avec un autre slogan  « après nous c’est nous » derrière lequel ils préparent la révision de la Constitution. Les candidats de l’Un a-t-il assuré, seront des députés « crédibles, dignes de confiance » qui voteront « les lois nécessaires à l’amélioration des conditions de vie des Béninois ».

Pour éviter la catastrophe au Bénin

A en croire Me Djogbénou, il y a une catastrophe qui guette le pays avec le projet de révision de la Constitution que portent le pouvoir et son alliance les Fcbe. Il rappelle que c’est juste le changement d’une « conjonction de coordination » dans la loi fondamentale qui a fait basculer le pays dans la guerre en 1999. De même, rappelle-t-il le cas du Sénégal avec Abdoulaye Wade qui s’est présenté  à la présidentielle malgré les manifestations pour le respect de la démocratie qui ont coûté la vie à des gens. Et plus récent, le Burkina -Faso. C’est donc pour éviter ce type de scénario regrettable au Bénin que, l’Union, à ses dires, a fait de la lutte contre la révision de la constitution sa principale bataille pour les prochaines législatives. L’avocat et enseignant de droits, a aussi prévenu que le pouvoir est dans une logique de reporter les élections législatives avec sa stratégie qui consiste à ne pas mettre des moyens conséquents à disposition du Cos-Lépi. Mais s’il le faut, des Béninois dit-il, vont personnellement contribuer pour que, se tiennent les élections au Bénin.