La Nouvelle Tribune

Incendie de l'ambassade du Bénin: Cotonou demande des comptes à Libreville

Espace membre

Les réactions de la part des autorités béninoises après l’incendie hier, dimanche de l’ambassade du Bénin à Libreville au Gabon se poursuivent. Après un premier communiqué, le gouvernement vient de sortir un deuxième communiqué. Signé du Secrétaire général du gouvernement, Allassani Tigri, ce deuxième communiqué est un peu plus autoritaire.

Dans ce communiqué, en effet, après avoir une nouvelle fois exprimé une « vive protestation contre cet acte inacceptable qu’aucune motivation ne saurait justifier », le gouvernement béninois a appelé au sens élevé du gouvernement gabonais pour entre autres, clarifier cette situation d’une très grande gravité et contraire aux principes fondamentaux des relations internationales, en particulier celui de l’inviolabilité des Missions diplomatiques, consacré par plusieurs conventions internationales dont la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les Relations diplomatiques.

Le communiqué du Sgg Tigri, après avoir rappelé les relations d’amitié et de solidarités qui existent entre le Bénin et le Gabon, a également invité Libreville à prendre, avec toute la diligence requise, les mesures appropriées pour mettre fin aux violences et assurer la sécurité des ressortissants béninois résidant sur toute l’étendue du territoire gabonais et veiller à la protection de leurs biens.

Le gouvernement béninois, par la voix du Secrétaire général, a pour finir rassurer des dispositions prises par le Bénin pour garantir la quiétude des Gabonais résidant sur le sol béninois. Dans ce sens, le gouvernement a d’ailleurs appelé le peuple béninois au calme et à la sérénité.

>> Incendie de l'ambassade du Bénin au Gabon : le ministre Bako dresse un premier bilan