La Nouvelle Tribune

Rencontre de vérité du Mtfp avec son personnel

Espace membre

De la clairvoyance pour un mieux être des travailleurs
(Et si les syndicalistes cessaient de jouer aux apprentis sorciers)

Soucieux d’expliquer aux travailleurs les nombreuses démarches entreprises par son cabinet depuis deux ans pour régler les problèmes des travailleurs de son département ministériel, le Ministre Emmanuel TIANDO a rassemblé le lundi 07 avril 2008, ces derniers dans la grande cour de la Direction Générale de la Fonction Publique. Mais contre toute attente, les arnaqueurs des travailleurs, les pseudos  Syndicalistes ont prouvé à l’assistance que non seulement, ils ne maîtrisent pas les règles de l’art mais pire, ils intoxiquent les travailleurs en les manipulant à leur guise.
Tel un père de famille soucieux des conditions de vie et de travail de ses employés, le Ministre du Travail et de la fonction publique a jugé opportun de les rassembler pour éclairer leur myopie. Dans ses propos liminaires, il a dit: « Je ne suis pas venu vous dire de ne pas aller en grève ou même de cesser de faire grève; je suis venu vous apporter les informations dont je dispose actuellement concernant vos deux points de revendication.» Après avoir énuméré les différentes démarches entreprises par le cabinet pour la délocalisation du ministère et l’apport du syndicaliste Sassè dans la recherche de solution, il s’est avéré que toutes les pistes arpentées à Cotonou ont été vaines. Que fallait-il donc faire? En dépit de ces échecs, le Ministre a demandé à son collègue des finances à la première conférence budgétaire de 2006 d’inscrire au budget général de l’Etat des fonds nécessaires pour la réfection des bâtiments existants et la réhabilitation d’autres en vue de l’extension pour permettre aux travailleurs de quitter l’exiguïté de leurs cadres de vie. Ce qui a été accepté mais au regard de la décrépitude des bâtiments, le projet de pavage de la maison a été rejeté. Ainsi, à la conférence budgétaire de 2007, le Ministre est revenu à la charge afin d’obtenir un crédit pour la reconstruction de la Direction de Recrutement des Agents de l’Etat et une autre direction en attendant la mise en place de la tour administrative. Et en raison des procédures administratives, ce n’est qu’en 2008 que cette somme est disponible. Et le marché a été signé. Signalons au passage que les endroits proposés par le syndicaliste Sassé sont des domaines à polémique. Ainsi, en attendant de trouver un site propre au ministère, le gouvernement a opté pour la réhabilitation et l’embellissement du site actuel. Il est impérieux de dire que l’Etat est libre d’aménager ses sites même s’il faut délocaliser un jour. En ce qui concerne la location d’un immeuble pour abriter au moins trois cents personnes, toutes les démarches entreprises à Cotonou ont été vaines. Dans ces conditions, le cabinet du ministre et le gouvernement ont décidé de l’extension des bâtiments à travers la réhabilitation. Mais curieusement, les travailleurs qui se disent jusqu’au boutistes ne veulent rien comprendre de ces nombreuses démarches du ministre et de son cabinet. Pire, c’est qu’ils ont un caractère impératif dans leur demande alors même que toutes les démarches entreprises par le Ministre et son cabinet ne l’ont pas été du fait des mouvements de grèves. Qu’est ce qui alors justifie l’agitation des travailleurs à brandir cette doléance pour cesser de travailler? La réponse est claire et limpide: jouer au dilatoire pour se reposer tranquillement à la maison sans rien faire. Le Ministre a donc martelé qu’il ne cèdera pas au chantage dans la mesure où ayant compris qu’ils sont en perte de vitesse et qu’ils font de la diversion, les syndicalistes fauteurs de trouble, n’ont pas compris que leur combat est inopportun car les responsables du Mtfp se battent quotidiennement pour qu’enfin un jour le ministère du travail soit délocalisé. Au même moment, il existe des banques dans l’endroit, le génie militaire, la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin et beaucoup d’autres infrastructures administratives. Et pourtant, Emmanuel Tiando et les siens luttent pour améliorer les conditions de vie et de travail des agents du ministère.
De la question des primes
« On ne peut être juge et partie » Cette vérité de la palis semble ignorée par les syndicalistes extrémistes qui devraient se réclamer d’une autre époque. Car on aurait pensé que le bon sens n’est plus dans les raisonnements de ceux qui croient détenir aujourd’hui la science infuse. A la vérité, ils ont été à toutes les écoles et connaissent toutes choses. Comment comprendre que le ministère du travail et de la fonction publique ait été amendé par le gouvernement pour harmoniser le problème des primes dans l’administration en générale et qu’au moment où la commission est en train de travailler pour déposer ses propositions au Gouvernement qui les étudiera en Conseil des ministres, que ce ministère lui-même s’accorde de nouvelles primes. Et le ministre de rappeler aux travailleurs qu’il existe des ministères qui n’ont aucune prime. En dépit de toutes ces explications du ministre, certains pseudos défenseurs des travailleurs ont purement et simplement radoté en traitant le ministre de tous les maux et en affirmant en public qu’ils sont des extrémistes purs et durs. Devant une telle situation d’irrévérence envers ses autorités hiérarchiques, on est en mesure de se demander si les gens comprennent même ce que c’est que le syndicalisme. Car c’est l’ignorance des préalables de toutes revendications. Mieux, les syndicalistes demandent à aller rencontrer le premier Magistrat du Pays pour lui exposer leurs problèmes. C’est quand même triste qu’on ne puisse pas réfléchir plus que le bout de son nez et de se qualifier d’extrémiste en plein 21ème siècle où seul le dialogue franc et sincère permet d’obtenir des satisfactions. Aller en grève, qu’est ce que cela ferait de nuisible dans les voies et moyens pour régler les problèmes des travailleurs? Rien, a noté le Ministre, avant de les exhorter à agir en toute responsabilité.
 
Le syndicalisme est une école de vie et être revanchard ou arrogant n’est pas synonyme de syndicalisme. Ce qui se passe au Ministère du travail et de la fonction publique est une pure manipulation des travailleurs qui, ne sachant pas la vérité ont toujours suivi quelques zélés pour aller en grève. Mais une fois la vérité révélée, doit-on continuer à se reposer à la maison ou encourager les réformes entreprises en attendant la délocalisation ? En tout cas, le ministre et son cabinet sont déterminés à toujours lutter pour rechercher les meilleures conditions de vie et de travail mais dans un dialogue franc et non dans la diversion et l’intoxication. Personne n’est plus défenseur des droits de l’Homme que d’autres. Cette attitude d’extrémisme des syndicalistes du Mtfp est d’une autre époque et ils gagneraient à aller chercher leur bouc émissaire ailleurs. Affaire à suivre...   cellule de Communication du Mtfp