La Nouvelle Tribune

Communales : les Fcbe casent deux prisonniers à Adjohoun

Espace membre

Alors que tout le monde a les yeux rivés sur les élections législatives, les dépôts de dossier pour les communales sont passés inaperçus. C’est ainsi que certains partis politiques ont profité de cette inattention pour enrôler des « brebis galeuses ». C’est le cas à Adjohoun où les Fcbe ont positionné deux détenus à la prison civile de Porto- Novo.

Il existe bien aux Fcbe une volonté de protéger des prévaricateurs. Dans maints exemples, des hommes politiques aux pratiques peu orthodoxes ont reçu soutien et protection des barons du régime. Il s’agit d’une sorte d’immunité Fcbe qui ne dit pas son nom. L’exemple actuel le plus illustratif vient d’Adjohoun. Pour le positionnement pour les élections communales, les Fcbe ont repêché deux anciens conseillers municipaux actuellement détenus à la prison civile de Porto- Novo. Il s’agit du maire Gérard Adounsiba et de Djossou Sewou.  Ce dernier est le Chef de l’arrondissement d’Adjohoun. Tous deux sont maintenus en détention pour un bradage de réserves administratives dans la commune d’Adjohoun. Pourtant, cette situation n’a guère ému les responsables des Fcbe dans la 20è circonscription électorale, surtout le ministre de l’intérieur Simplice Dossou Codjoh en tête qui coordonne cette liste. Les deux ont été bien positionnés sur la liste Fcbe. Gérard Adounsiba à Azowlissè et Djossou Sèwou à Adjohoun. Cette situation offre presque tous les sièges de ces deux arrondissements sur un plateau d’or aux opposants. Ils se frottent d’ailleurs les mains puisque les  Fcbe leur ont offert de bons arguments de campagne. Bien que ces deux personnes soient en attente d’une décision définitive de justice les condamnant, ce positionnement donne de la liste Fcbe l’impression d’un refuge de « hors la loi ». Les barons des Fcbe et le Chef de l’Etat sont avertis. Si au soir du 31 mai, les Fcbe perdent le contrôle d’Adjohoun, ils devraient s’en prendre à eux-mêmes