La Nouvelle Tribune

Bénin : Le maire de Grand-Popo et ses conseillers quittent le navire FCBE

Espace membre

Le maire de la commune de Grand-Popo dans le Sud-est du Bénin, Antoine Talonon Amoussou n’est plus de la mouvance présidentielle. La première autorité de la commune et ses conseillers ont quitté l’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) qui soutient le président de la république, Dr Thomas Boni Yayi, depuis son accession à la magistrature suprême en 2006.

Le maire de Grand-Popo et les autres élus municipaux de la commune ont officiellement annoncé leur départ du navire FCBE ce mardi 7 avril 2015. Dans la déclaration qu’ils ont lue, le maire Talonon Amoussou a laissé entendre que leur démission est une contrainte. Laquelle contrainte est venue du non positionnement des démissionnaires sur les listes de candidatures pour les élections municipales, communales et locales du 31 mai prochain. A en croire le maire de Grand-Popo, c’est le vendredi dernier lors de la confection de la liste de candidature de l’alliance au pouvoir qu’il a été informé qu’il ne sera positionné à la mairie de sa ville. Cela, a expliqué l’autorité municipale, au simple motif qu’il avait déjà passé cinq (05) années à l’hôtel de ville de la commune. Ce non positionnement du maire qui plus est le coordonnateur communal de l’alliance FCBE a tôt fait de le contraindre à claquer la porte.

Alliance Peu, le point de chute

Désormais anciens militants de l’alliance FCBE, le maire de la commune de Grand-Popo qui dit avoir milité dans l’alliance au pouvoir depuis les premières heures et ses conseillers ont décidé d’adhérer à l’alliance patriotique de l’éveil pour l’union (Peu) parrainée par l’ancien député Désiré Vodonou. C’est sur la liste de candidature de cette alliance née à la veille des élections législatives qu’ils tenteront de se faire réélire. Les transfuges qui dénoncent leur marginalisation par les responsables de la famille présidentielle ont promis tout faire pour empêcher les FCBE de prendre la mairie.

>> FCBE : les raisons de la démission du maire Hounsou-Guèdè