La Nouvelle Tribune

Affaire d’escroquerie présumée: Désiré Vodonou fixé sur son sort le 6 mai

Espace membre

Désiré Vodonou, l’ancien député à l’Assemblée nationale béninoise, devra attendre encore un peu pour être fixé sur son sort.  Mis en cause dans une affaire d’escroquerie et de complicité d’escroquerie qui remonte à quelques années en arrière, l’ancien élu du peuple de la 24ème circonscription électorale devait être à nouveau devant le juge pour examen de son dossier.

Mais prévue pour ce mercredi 8 avril 2015, l’audience n’a malheureusement pas eu lieu. Et pour cause, les avocats n’étaient pas présents au tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Selon certaines sources, cette absence des hommes en toge serait due à la célébration du 50ème anniversaire de la création du barreau béninois. Pour cette raison donc, l’audience de l’examen du dossier a été renvoyé au mercredi 6 mai 2015.

Une audience capitale

L’audience du 6 mai prochain s’avère très importante pour l’ancien député natif de Zogbodomey. Cela, en raison de ce qu’elle devrait normalement permettre de vider ce dossier qui a duré 5 ans; et donc permettre à l’ancien député de peut-être obtenir à nouveau ses droits civiques qui lui ont été retirés en même temps que son statut de député en 2011 quand l’affaire est née. L’affaire, faut-il le rappeler, est relative à une escroquerie internationale présumée dans laquelle il est question de vente de 980 kg d’or à un groupe d’hommes d’affaires composé d’Américains et de Sud-Africains.

>> A Goho : Désiré Vodonou lance une puissante machine électorale

A en croire les faits, l’ex-député qui serait le chef de la bande d’escrocs, a réussi à soutirer quelques  3,5 milliards FCFA à leurs victimes avant que ces dernières ne se rendent compte qu’il s’agissait d’une vaste escroquerie car elles n’ont jamais eu le précieux métal à elles promis par les interlocuteurs dont le prénommé Léon Dansou Donkpegan qui selon les explications données en son temps par Louis-Philippe Houndégnon (alors commissaire central de la ville de Cotonou) n’était personne d’autre que Désiré Vodonou. L’élu du peuple a alors été interpellé puis incarcéré en avril 2011 à la prison civile de Cotonou d’où il sortira qu’en août 2014 après 40 mois. Et ce, sous caution.