La Nouvelle Tribune

Commission budgétaire

Espace membre

{mosimage}Le ministre Justin Adanmayi a planché hier
(17.426.814.000 fcfa prévus pour le Mepn au titre de 2009)
Le ministre de l’environnement et de la protection de la nature ( Mepn)  Justin Adanmayi était aussi à la barre hier.

Il était en effet  devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale  pour défendre son projet de budget pour l’année 2009.
Selon  des  sources  proches de l’institution parlementaire , la présentation  faite hier par le ministre de l’environnement et de la protection de la nature s’articule autour de cinq points essentiels. A savoir, les différents programmes dudit ministère, le programme national de gestion de l’environnement ( Pnge), le programme national de gestion durable des ressources naturelles (Pngdrn) et le programme administration et gestion des services ( Pags) ainsi que ses principaux objectifs. En deuxième point, le projet d’exécution financière au 30 septembre du budget 2008 qui serait évalué à 15.934.088.000 fcfa, ce qui serait passé à 71,75% au 30 octobre 2008 pour les engagements. Les difficultés liées à l’exécution de ce budget n’ont pas été occultées. En troisième point, la présentation globale et par programme du budget 2009. Il serait évalué à 17.426.814.000 fcfa dont 2.328.164.000 fcfa pour les dépenses ordinaires et 15.098.650.000 fcfa pour les dépenses en capital. , soit une augmentation de 15,87% par rapport à 2008 dues aux ressources extérieures. Le 4è point est relatif aux principaux résultats attendus par le secteur, au niveau de l’environnement et au niveau des forêts et des ressources naturelles. Le 5è point concerne les dispositions anticipatives en cours pour une bonne exécution du budget 2009, notamment l’élaboration avant fin décembre 2008 du plan de travail annuel, du plan de consommation des crédits et du plan de passation des marchés pour 2009, l’extension et la déconcentration de la cellule de passation de marchés publics, le suivi permanent des dossiers techniques et financiers introduits auprès des partenaires au développement et enfin l’intensification du suivi évaluation et le renforcement des capacités des acteurs de la chaîne des dépenses. Les députés de la commission des finances n’ont pas manqué d’accorder plus d’attention à la politique du gouvernement en matière d’environnement. Des questions pertinentes ont été posées au ministre Justin Adanmayi qui a su défendre convenablement son budget.

Ismail Kèko

{mosgoogle}