La Nouvelle Tribune

Boni Yayi : « ceux qui disent que je suis fini n'ont rien compris »

Espace membre

Le 6 avril 2016, le président Yayi devra, conformément aux dispositions de la Constitution, passer service à un autre président. Mais à mesure qu’on se rapproche de cette date, les incertitudes sur le départ de l’actuel locataire de la Marina, en dépit de la profession de foi devant le pape, les présidents américain et français, sont de plus en plus grandes.

Ceci, du fait d’un certain nombre d’agissements et propos du président lui-même.  En effet, alors que ses opposants chantent partout sa fin, précisément celle de son régime, le président rétorque que non. Ce samedi 4 avril, à Parakou puis à Tchaourou, le chef de l’Etat a de nouveau ravivé les doutes sur sa passation de service dans un an.

« Je suis le Président de la République du Bénin. Je le suis encore. Ceux qui disent que je suis fini n'ont rien compris. Ils se trompent. Mon combat contre la pauvreté, le chômage des jeunes, la précarité des femmes...se poursuivra », a déclaré le n°1 des Béninois sans pour autant préciser jusqu’à quand son pouvoir continuera. Au pouvoir depuis 9 ans, le président qui veut maintenant barrer la voie à « ceux qui versent dans l'intoxication, le mensonge et le régionalisme », s’est montré hostile au débat en cours sur son projet de révision de la Constitution.

>> Bénin : Boni Yayi, le compte à rebours final

Il a en effet souhaité que le débat électoral ne se fasse sur ce qu’il appelle « des mensonges, des désinformations et des manipulations (allusion faite au projet de révision qu’il veut, à tue-tête, mener à bien dans quel dessein on ne sait). « Les gens sont libres d'être candidats pour aller aux élections. Mais j'en appelle à la responsabilité de la classe politique à laquelle j'appartiens pour élever le débat politique. Le peuple n'est pas dupe, il est mur et sait tirer le bon grain de l'ivraie », s’est exprimé ce samedi à Parakou et Tchaourou le président.