La Nouvelle Tribune

Suite aux aveux de la Cena sur la sortie irrégulière de cartes d’électeurs

Espace membre

La reprise des inscriptions sur les listes électorales s’impose
Plus rien ne devrait justifier le refus d’accéder à la requête des députés de la majorité présidentielle relative à la reprise de l’opération des inscriptions sur les listes électorales. Et pour cause ! La Commission électorale nationale autonome (Cena) a fini par reconnaître elle-même le retrait frauduleux de plusieurs milliers de cartes d’électeurs par des tiers avec la complicité présumée d’un de ses membres.

« (…) Conformément aux dispositions de l’article 45 de la Loi électorale N° 2007-25 du 23 novembre 2007, la Cena a pu établir que le 24 mars 2008, dernier jour des opérations de  recensement des électeurs, plusieurs milliers de cartes ont été irrégulièrement enlevées à son  siège pour être mises en circulation dans le département du Littoral. Dans la même journée,  certaines de ces cartes auraient été ramenées à la Cena, dans des circonstances non encore élucidées… » Par cet extrait de la déclaration qu’elle a rendue publique dimanche dernier à son siège à Cotonou, la Commission électorale nationale autonome (Cena) de Pascal Todjinou est passée aux aveux dans le dossier longtemps agité dans l’opinion et relatif à la disparition présumée d’environ cinquante mille (50.000) cartes d’électeurs du magasin central de l’organe. Dès lors, il est à craindre que les autres insuffisances relevées dans le processus de délivrance des cartes d’électeurs par la coordination des députés Fcbe arrivent à être vérifiées. Il s’agit selon le dernier communiqué de ladite coordination, « du recrutement  irrégulier et  précipité de 30 agents environ affectés au magasin, et appartenant majoritairement  à la même famille politique que Monsieur Michel Makpénon, dans le vil dessein de couvrir  les sorties frauduleuses de matériels électoraux sensibles ; des négociations et des engagements de marchés de cartes d’électeurs sans le respect des procédures de codification prescrite par la loi ;  du déclenchement de plusieurs enquêtes judiciaires liées au recensement électoral à travers tout le pays… »

Eviter une période post électorale tumultueuse !
Au regard des situations confuses sur lesquelles s’est refermée l’opération des inscriptions sur les listes  électorales, il paraît plus responsable aux yeux de plusieurs acteurs politiques d’envisager dès maintenant une alternative permettant d’éviter d’organiser un scrutin sujet à des contestations. Et en cela, beaucoup de spécialistes disent ne trouver qu’une seule alternative, celle de corriger avant le scrutin les imperfections enregistrées. Ainsi, ces imperfections et fausses notes seraient si immenses et graves selon les aveux mêmes des personnes chargées d’organiser les élections qu’il serait économiquement et politiquement, plus rentable de reprendre le processus d’inscriptions sur les listes électorales. Cela demandera certes de nouveaux investissements et de nouvelles tracasseries pour les formations politiques mais qui ne vaudront jamais à en croire certains spécialistes, les préjudices que pourrait causer l’organisation dans le présent contexte du scrutin du 20 avril prochain.

Ludovic D. Guédénon