La Nouvelle Tribune

Affaire Padme

Espace membre


Les avocats exigent la réhabilitation de l’ex-Dg Azocli et de Fafoumi
Pour eux, l’affaire est déjà tranchée depuis la dernière décision de la Cour constitutionnelle. A la faveur d’une conférence de presse qu’ils ont organisée hier à la Bourse du travail à Cotonou, ils l’ont clamé haut et fort. En déclarant contraires à la constitution deux des cinq arrêtés querellés, l’institution semble conforter Me  Hounkanrin et Me Aviansou qui, face à la presse, ont estimé que cette décision annule d’office  les actes de limogeage de l’ex Dg  Réné Azocli et du  Président du Bureau exécutif, Raymond Fafoumi.  Ladite décision  précise en effet en son article 3 que les arrêtés n°0010 et 0011/Mmfejfpme/ Dc /Ctj /Ctpmf /Sa du 14 mars, pris par le ministre des micro finances d’alors. Il faut rappeler que ces  arrêtés  portent les n° 0010 et n° 0011 et révoquent d’emblée les deux personnalités tantôt citées de leurs fonctions respectives d’alors. Quant à la récente déclaration  faite par la nouvelle ministre  des microfinances, Reckya Madougou, qui affirmait que  la décision de la Cour constitutionnelle  n’a jamais dit de  réhabiliter Réné Azocli et Raymond Fafoumi, leurs avocats  parlent de contre vérités et n’entendent  pas s’y fier. Ils en appellent à la responsabilité du gouvernement, qui suite à cette décision,  doit reconsidérer sa position initiale, à les croire.
{mosgoogle}
Il faut rappeler, qu’en limogeant Mr René Azocli du poste de Directeur général du Padme, le gouvernement avait évoqué des cas « d’importantes malversations financières » dans lesquelles, il se serait impliqué. Ce que ce dernier continue de contester vigoureusement, estimant qu’il s’agit plutôt  d’une affaire de règlement de compte. Le personnel de Padme et les clients  avaient aussi  donné de la voix à l’époque, en soutenant ardemment l’ex Dg. La nomination de son remplaçant et d’autres nouveaux responsables a pourtant eu lieu sans délai, et leur installation, on s’en souvient s’était déroulée sous haute sécurité.

Christian Tchanou