La Nouvelle Tribune

Candide Azannaï : «Yayi Boni a détruit et galvaudé la parole du chef»

Espace membre

Première autorité du Bénin, le président Yayi de plus en plus décrié par la classe politique et ses anciens alliés des Fcbe, a selon l’intrépide député à l’Assemblée nationale Candide Azanaï « détruit et galvaudé la parole du chef »

Réputé pour sa verve, le député Candide Azanaï a sa petite idée sur le mal dont souffre le Bénin, actuellement agité par les crises au sein de la classe politique. Samedi dernier, à la sortie officielle de l’Alliance Forces démocratiques unies (Fdu) du président de l’Assemblée nationale, le professeur Mathurin Coffi Nago,  le député a déclaré que « Ce qui tue notre pays c’est la crise de la parole et la parole du chef ne vaut plus rien ».  Selon lui, le chef de l’Etat « Yayi Boni a détruit et galvaudé la parole du chef ». A son analyse, « qui galvaude le verbe perd le peuple. Il perd toute crédibilité et est indigne d’être chef ».  Dans la même veine, le député philosophe, grand lecteur de Sénèque qu’il aime citer a déploré le reniement de l’amitié par le chef de l’Etat. « Boni Yayi, le 1er août 2012, il a dit, je ne connais pas l’ami. Je n’ai pas d’ami » a-t-il rappelé avant d’apprécier « C’est méchant ! C’est cruel et indigne de dire qu’on ne reconnaît pas l’ami. Ce n’est pas bon ! Nous devons défendre l’amitié ». L’amitié à l’en croire fait partie des valeurs qu’il faut apprendre aux hommes et à ne jamais transgresser. « Nous devons apprendre à nos enfants qu’il y a des valeurs que nous ne devons jamais transgresser. On défend l’ami. L’amitié, ça se défend. On ne peut jamais abandonner l’ami. On doit être prêt à se sacrifier pour l’ami, pour l’amitié » a-t-il affirmé.

Soutiens à Mathurin Nago

De la première personnalité du Bénin au Numéro 2, Mathurin Coffi Nago, le chef du parlement béninois, le député Candide Azanaï a deux appréciations diamétralement opposée.  A propos du président Nago, il a déclaré « Le président Nago a pris une position de courageux et j’aime les courageux. Il a pris un risque et j’aime les gens qui prennent des risques pour la patrie ».  Pour lui, il doit être soutenu dans son courage à s’opposer aux velléités de révision opportunistes de la Constitution dont on accuse le chef de l’Etat en fin de son deuxième et « dernier » mandat  selon Sacca Lafia, le président de l’Alliance soleil qui a déclaré « Boni Yayi 10 ans, c’est fini maintenant ». Parlant toujours du coordonnateur des Fdu qui se présente comme un sérieux prétendant à la succession de Boni Yayi, le député Azanaï a indiqué que « Cet homme a besoin de notre soutien, du soutien de tout le monde ».