La Nouvelle Tribune

Corruption présumée : Yayi invite l’Anlc à se saisir de l’affaire «Aholou-Kèkè»

Espace membre

L’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) verra sans doute le nombre de ses dossiers croître au moins d’une unité. L’institution anti-corruption vient en effet d’être invitée par courrier en date du 16 mars 2015 signé par le Secrétaire général du gouvernement (Sgg), Alassani Tigri, au nom du chef de l’Etat, à se saisir en « urgence » de l’affaire « Aholou-Kèkè ».

Cette affaire que le gouvernement fait appeler « affaire Aholou-Kèkè » fait depuis quelques jours la une des journaux béninois et serait relative à un cas présumé de mal gouvernance de fonds de l’Etat béninois. L’affaire, une vieille-nouvelle affaire, remonte à l’époque révolutionnaire et a trait aux fonds versés à l’Etat béninois via le cabinet de Me Hélène Aholou-Kèkè par l’ancien marabout du président Kérékou, Mouhamed Cissé qui avait détourné une importance somme d’argent de la défunte Banque commerciale du Bénin.

Selon certains médias béninois, il y aurait eu mal gouvernance dans la restitution faite par le cabinet de l’avocate et femme politique désormais dans l’opposition au régime du président Yayi, de ces ressources de l’Etat. Cet état de chose préoccupe, à en croire la correspondance du Sgg, la population. « Au regard de l’interrogation et de l’émoi suscités par cette affaire, le Président de la République vous saurait gré de bien vouloir vous en saisir en urgence, afin que votre Institution puisse éclairer les populations et situer le Gouvernement sur la conduite à tenir », lit-on dans la lettre d’une page adressée par le Sgg au président de l’Anlc.

LA LETTRE DU GOUVERNEMENT A L’ANLC

Cotonou, le 16 mars 2015

Le Secrétaire Général du Gouvernement

Président de l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption.

Cotonou.

Objet : Invitation de votre Institution à se saisir de l’affaire AHOLOU-KEKE.

Monsieur le Président,

Les quotidiens béninois sont revenus, tout au long de la semaine écoulée et encore aujourd’hui, de manière insistante, sur des informations relatives à la gestion des fonds versés par le marabout Cissé à l’Etat Béninois par le canal du cabinet AHOLOU-KEKE.

Ces informations qui font état d’une possible mal gouvernance dans la restitution de ces fonds, préoccupent les populations.

Au regard de l’interrogation et de l’émoi suscités par cette affaire, le Président de la République vous saurait gré de bien vouloir vous en saisir en urgence, afin que votre Institution puisse éclairer les populations et situer le Gouvernement sur la conduite à tenir.

Le Gouvernement se tient à votre disposition et vous réaffirme toute sa disponibilité à vous accompagner dans votre œuvre de salut public.

En vous félicitant pour le leadership de votre Institution et sa contribution toujours renouvelée à la lutte contre la corruption et l’impunité, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

Alassani TIGRI.