La Nouvelle Tribune

Nouveau siège de l’Assemblée nationale : Yayi vient constater la reprise des travaux

Espace membre

En début d’après-midi du samedi dernier, le chef de l’Etat Boni Yayi a fait une visite inopinée dans la ville capitale, Porto-Novo. L’objectif de cette visite était pour le premier magistrat de venir constater de visu la reprise des travaux sur le chantier du nouveau siège de l’Assemblée nationale. Il était arrivé pour la circonstance avec certains de ses ministres dont celui de l’urbanisme et de l’habitat, Christian Sossouhounto.

Selon les informations recueillies sur place, les travaux de ce chantier auraient été bloqués suite à une ordonnance de justice, après que l’entrepreneur e charge des gros œuvres sur ce chantier ait ester en justice le gouvernement. Mais par la force des choses, malgré cette décision de justice, des ouvriers avaient été convoyés la semaine écoulée sur ce chantier pour la reprise des travaux. De plus, on aurait également appris des sources proches de l’Agence de réhabilitation de la ville de Porto-Novo que c’est le génie militaire qui prendra désormais en main les travaux sur ce chantier abandonné depuis plus de deux années. Mais des tentatives pour joindre le premier responsable de cette agence de réhabilitation de la ville de Porto-Novo ont été vaines. A la suite de cette visite de chantier, le chef de l’Etat s’est dirigé avec sa délégation et en présence du préfet des départements de l’ouémé et du plateau sans oublier le maire de la ville capitale, sur le pont d’entrée de la ville de Porto-Novo qui, actuellement est dans un état avancé de dégradation. Selon certaines sources, le chef de l’Etat aurait promis de réfectionner ce pont avant la fin de son mandat. Ce serait la raison fondamentale de sa visite sur le pont de Porto-Novo. Une visite qui a créé un bouchon monstre de plusieurs heures avant et après le pont de Porto-Novo. En effet, tous ceux qui entraient dans la ville par Houinta ont été bloqués durant plus de quatre heures d’horloge, de même que les usagers qui étaient en route  pour Cotonou.