La Nouvelle Tribune

Législatives au Bénin : appel des jeunes aux partis politiques pour un meilleur positionnement

Espace membre

Une fédération de quatre associations de jeunes a tenu, samedi dernier au Novotel à Cotonou, une conférence de presse pour repréciser leur volonté d’opérer une rupture intelligence et appeler les partis politiques à mieux positionner les jeunes sur leurs listes.

Faire le point de leurs actions liées à leur appel pour la rupture et au rajeunissement du personnel politique national. C’est ce qui a amené des représentants de quatre associations de jeunes à se présenter devant les hommes des médias samedi 21 Février 2015. Il s’agit de Céphise Béo Aguiar de l’Observatoire des jeunes pour un Bénin  nouveau (OJBN), de Edmond Ayindé du  Réseau pour l’éveil patriotique (Rep), de Simon Dinan de Jeunesse destin en mains (JDM) et de Ratier Agassounon de Forces citoyennes pour la défense de la patrie (Focidep).Ces jeunes qui ne sont pas affiliés à une obédience politique prônent l’alternance au sein des partis politiques. C’est pourquoi, ils ont tenu cette conférence de presse à un moment où la Commission électorale nationale autonome (Céna) a lancé l’appel pour le dépôt des listes des candidats aux élections législatives de mars 2015. Ils demandent aux partis politiques de faire confiance aux jeunes en les positionnant sur les listes. Car, ils estiment que les jeunes ont fait leurs armes au sein des partis politiques et sont assez outillés pour être aussi à des niveaux de décision. Ils plaident donc pour une assemblée nationale jeune lors de la prochaine mandature dont la moyenne d’âge sera entre 42 et 52 ans. Alors, ils comptent appeler à voter contre les listes qui ne vont pas positionner assez et bien les jeunes.

Rupture intelligente

A leurs dires, il y a des jeunes qui militent dans des mouvements et qui créent actuellement beaucoup de regroupements parce que ne trouvant pas au sein des partis l’assurance de leur éclosion. Ces jeunes n’invitent pas à une guerre générationnelle mais à une rupture intelligente. Ils sont convaincus qu’il est temps que les aînés passent la main et se cantonnent à un rôle d’appui-conseils. Le temps est venu pour les nouvelles générations de capitaliser les succès et les échecs des aînés pour bâtir un Bénin nouveau avec des jeunes de type nouveau.

Concernant la question de la révision de la constitution, ces jeunes expliquent qu’ils ne sont pas contre. Mais, ils pensent que le contexte ne s’y prête pas. Ils estiment qu’il faut plutôt travailler pour le développement et à l’alternance.