La Nouvelle Tribune

Bénin : voici le plan des Fcbe pour se maintenir au pouvoir au-delà de 2016

Espace membre

Après plusieurs reports, le congrès extraordinaire des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) tant annoncé a fini par avoir lieu. Il s’est tenu ce samedi 14 février 2015 au palais des congrès de Cotonou et a connu la participation de nombreux caciques du pouvoir Yayi qu’ils soient conseillers, ministres, députés, directeurs de société d’Etat ou autres.

Lors de ce congrès ayant pour thème : « Nouvel élan pour un Bénin nouveau », les partisans du président Boni Yayi ont dévoilé leur plan pour se « maintenir au pouvoir pendant un centenaire ». Et ce plan tourne autour du fameux projet de la révision de la Constitution du 11 décembre 1990.  En effet, au terme des travaux de ce congrès extraordinaire, la plus grande résolution prise par les congressistes, c’est de demander au président Boni Yayi qui, il faut le rappeler, est soupçonné par tout le peuple de vouloir s’éterniser au pouvoir, de maintenir son projet de révision de la Constitution à l’Assemblée nationale.

Lequel projet de révision avait, lors de son envoi au parlement, provoqué une levée de bouclier tant au niveau des députés que de la population béninoise elle-même. On se demande bien l’objectif d’une telle résolution. Est-ce pour tripatouiller les textes de la République pour le maintien au pouvoir de l’ancien banquier ? Ou les modifier de sorte que son dauphin, s’il y en a un, se fasse élire ? On ne saurait répondre à cela pour l’instant.

Signalons, cependant que la révision de la Constitution n’est pas le seul acte du plan des ‘’Yayistes’’. Dans leur plan pour le maintien du pouvoir chez les Cauris, les congressistes ont également décidé de maintenir le coordonnateur Eugène Azatassou à son poste avec son bureau à la seule exception que les déserteurs seront remplacés. Les militants Fcbe, au terme de leurs travaux ont également décidé de formaliser l’existence de l’alliance Fcbe. Ce qui passe, entre autre, par l’enregistrement du logo, l’adoption des nouveaux statuts et règlement et bien d’autres formalités.